FRAYSSE Baptistin, Hébert

Par Jacques Girault, notice complétée par Rolf Dupuy

Né à Langogne (Lozère) le 23 mars 1897, mort le 24 mars 1979 ; serrurier, cuisinier ; militant de l’Union anarchiste puis communiste.

Baptistin Fraysse, frère de Pierre, s’était engagé au début de la guerre dans l’infanterie coloniale. Militant anarchiste dans les années 1920 il exerça divers métiers (serveur, serrurier, cuisinier) et fut même figurant dans la version muette du film Napoléon d’Abel Gance. Il fut également impresario.
Marié en 1921 avec la fille d’un pensionnaire de la Comédie française, dont il eut un fils, il fut du 11 mars au 2 juin 1924 le gérant du Libertaire où il avait remplacé René Cova dit Devry.
Le 1er mars 1924 il était arrêté et à demi assommé lors d’une manifestation en faveur de Jeanne Morand. Inculpé « d’outrages par gestes de menaces envers les agents de la force publique", il fut poursuivi le 11 juin devant la 10e chambre correctionnelle. En 1928 il fut condamné à une lourde peine et interné à la prison centrale de Melun dont il fut libéré en octobre 1936. Il vint alors habiter La Seyne (Var). Il vendait sur les marchés et exploitait un magasin d’alimentation à Ollioules (Var).

Communiste, B. Fraysse fut interné au centre de séjour surveillé de Chibron, près de Signes (Var), le 13 septembre 1940, puis à la citadelle de Sisteron (Basses-Alpes), le 6 octobre 1941. Déporté à Dachau par la suite, il revint à La Seyne en juin ou juillet 1945.

Fraysse reprit l’exploitation de son commerce à Ollioules. Communiste déporté, il avait retrouvé ses droits civiques. Il mourut à La Seyne, le 24 mars 1979.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article155198, notice FRAYSSE Baptistin, Hébert par Jacques Girault, notice complétée par Rolf Dupuy, version mise en ligne le 21 avril 2014, dernière modification le 5 janvier 2019.

Par Jacques Girault, notice complétée par Rolf Dupuy

SOURCES : Arch. Dép. Var, 7 M 8.3, 7 M 12.2. — Renseignements fournis par Mme Fraysse-Ribet, sa sœur. — Libertaire, 11 juin 1924 — R. Bianco, Un siècle de presse, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément