MULLER Patrick, Georges [Dictionnaire des anarchistes]

Par Hugues Lenoir

Né le 2 mars 1954 à Paris VIIe. Sérigraphe, conducteur offset, professeur de musique, ingénieur du son. Adhérent CGT, puis Fédération anarchiste (FA).

Fils de Muller André (1920-2003) qui était commerçant en fournitures d’entretien et de Rina Rubechi, née à Chusi (Italie) (1922-), sans profession. Les deux parents de Patrick Muller, sans responsabilité politique ou syndicale, se situaient politiquement à droite. Il vit à Paris avec Chrystine van Maerrem.

Après un baccalauréat en 1972 au lycée professionnel Béranger (Paris, 75003), il entreprit des études de comptabilité qu’il ne termina pas. Par la suite, il suivit des cours de sérigraphie au Centre américain et à l’atelier Gatti, puis des cours musique électroacoustique 1972-1973 à Paris-8-Vincennes et des cours de sciences de l’éducation avec René Lourau entre 1974 et 1976.

Il fut vendeur dans une galerie d’art en 1972, sérigraphe à La Vie claire en 1973, puis chez Luchard-Peugeot de la fin 1973 jusqu’à la mi-1976. À cette date et jusqu’en 1981, il fut sérigraphe puis conducteur offset et gérant aux Imprimeurs libres, imprimerie militante animée par des militants anarchistes et maoïstes. En 1981 et 1982, il vécut à Bruxelles et Stockholm. Fin 1982, il fut responsable des activités du comité d’entreprise (CE) CFDT de Thomson à Malakoff. Depuis 1984, il est professeurs de musiques actuelles au conservatoire de Châtenay-Malabry, ingénieur du son, musicien et producteur.

Son parcours militant fut influencé par Léo Ferré*, Patrice Rondo, Édouard Nono et un vieux militant anarchiste espagnol dont il a oublié le nom. En 1973, il fut élu délégué syndical et représentant au CE de l’imprimerie Luchard. Il s’agissait d’une première historique dans une entreprise où le syndicalisme n’était pas accepté. À la demande du personnel, il adhéra à la CGT et participa à la première grève depuis des lustres. En conflit avec l’union locale CGT du XXe arrondissement, selon lui « en train de briser la grève du Parisien et foutre en l’air les anarchos de Blanqui » il démissionna pour rejoindre à plein temps les Imprimeurs libres. Son compagnonnage avec les anarchistes est de longue date mais il resta longtemps « autonome » et refusa plusieurs fois d’adhérer à la FA « de Maurice Joyeux ». Fédération anarchiste qu’il rejoignit en 2004, entrant au groupe La Vache Folle qu’il quitta pour le groupe Anartists en 2009. Depuis la mort de Jacques Perderaux*, il était secrétaire à la programmation en 2005 puis à la technique de Radio libertaire jusqu’au congrès de Rennes en 2010 où il fut nommé trésorier de Radio libertaire.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article155307, notice MULLER Patrick, Georges [Dictionnaire des anarchistes] par Hugues Lenoir, version mise en ligne le 17 avril 2014, dernière modification le 9 septembre 2020.

Par Hugues Lenoir

SOURCES : témoignage direct, février-mai 2010.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément