ROSELL Thyde, Estelle, Manuelle [Dictionnaire des anarchistes]

Par Hugues Lenoir

Née le 29 avril 1955 à Paris (XIIe arr.) ; institutrice ; militante de la Fédération anarchiste et du mouvement Freinet, fondatrice de l’École libertaire Bonaventure.

Congrès ICEM en Corée, 2008.
Congrès ICEM en Corée, 2008.

Thyde Rosell vécut à Paris jusqu’en 1982 avant de rejoindre l’île d’Oléron. Elle est la fille de Claudette Rousseau et de José Rosell. Elle vit aujourd’hui avec Jean-Marc Raynaud.

Après un bac en 1973 au lycée Honoré-de-Balzac, série gestion économie et sociale, Thyde Rosell obtint une licence en sciences de l’éducation à Bordeaux en 1988 puis différents diplômes professionnels relevant de l’éducation spécialisée. Elle fut institutrice à partir de 1973 avec quelques parenthèses comme éducatrice à Rochefort et responsable pendant près de dix ans d’un lieu de vie à Oléron. Durant plus de vingt ans elle fut enseignante spécialisée auprès d’enfants malades, handicapés ou en grande difficulté scolaire.

Toute petite, elle baigna dans un milieu tout acquis aux idées et aux pratiques anarchistes tant avec ses grands-parents, Suzy Chevet et Maurice Joyeux, ou ses oncles Salvador et Francisco Rosell et « tous les copains des parents de la colonne Durruti ou de la FA ». Plus tard, Jean Barrué(FA), Roger Hagnauer (Révolution prolétarienne), les militants de l’Alliance syndicaliste révolutionnaire et ceux du groupe Louise-Michel durant les années 1970 renforcèrent sa détermination militante. Enfin, dans les années 1990, le sociologue Jean-Pierre Perier lui permit de comprendre les enjeux de l’éducation informelle dans des pays de l’Afrique sub-sahélienne.

Elle adhéra à la Fédération anarchiste en 1973 et milita au sein du groupe Louise-Michel jusqu’en 1982. Elle adhéra ensuite aux groupes Bakounine puis Nous autres de Charente- Maritime.

Au niveau fédéral de la FA, elle participa aux travaux du comité de lecture du Monde libertaire mensuel puis du comité de rédaction du Monde libertaire hebdomadaire. Elle fut également responsable des relations extérieures en 1975-1978, puis participa aux travaux de ce secrétariat durant des années de mobilisation collective (loi Veil sur l’IVG, luttes antinucléaires, antimilitaristes, mobilisations sociales et de solidarité). Elle participa ainsi avec de nombreux militants de sa génération à l’ouverture de la Fédération anarchiste. Elle fut l’une des animatrices de la commission femmes et l’une de ses porte-parole durant de longues années de débats et de luttes .

Dès son arrivée en Charente-Maritime, elle participa aux activités du groupe rochefortais du Planning familial jusqu’à son auto-dissolution (1986-1990 environ), puis milita pendant de longues années sur le plan éducatif et pédagogique au sein de l’Association collectif enfants, parents, professionnels (ACEPP), de l’Institut coopératif de l’École moderne pédagogie Freinet (ICEM) et de Bonaventure.

Avec Jean-Marc Raynaud, pendant plus de dix ans, de 1987 à 1999, elle créa, anima et participa à deux expériences éducatives expérimentales : une crèche (la première sur l’île d’Oléron pendant quatre ans avant de passer le relais à d’autres équipes), puis une république éducative libertaire Bonaventure qui accueillit pendant huit ans des enfants de 3 à 10 ans. Bonaventure fut une expérience éducative unique en Europe puisqu’elle allia les principes de gratuité à ceux de liberté et de recherche sociale. Durant ces années de recherche et action d’éducation sociale, elle animera des partenariats internationaux avec les acteurs de l’éducation informelle sénégalaise : Actions utiles pour l’enfance et la jeunesse (AUPEJ), Enda Graf, Association sénégalaise de l’école moderne (ASEM). Cette dimension d’éducation au co-développement et à la solidarité internationale imprégna sa militance locale sur un plan tant libertaire que professionnel. Dans ce cadre, Thyde Rosell fut responsable du secteur international de l’ICEM pendant trois ans, de 2003 à 2005, bénéficiant alors d’une demi-mise à disposition (mi-temps en classe, mi-temps dans l’association) pour assumer ses mandats et sa mission.

Syndiquée au SNI- PEGC de 1974 jusque dans les années 1990, Thyde Rosell adhéra à la tendance syndicaliste révolutionnaire École émancipée. Elle fut élue au Conseil syndical de Paris et de Charente-Maritime le temps de deux mandats (1988-1990) au titre de cette tendance. Elle participa aux travaux des sous-sections de ce syndicat et des groupes départementaux parisiens et charentais de la tendance à laquelle elle adhérait. Elle est l’auteure de nombreux articles dans la presse libertaire et pédagogique.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article155323, notice ROSELL Thyde, Estelle, Manuelle [Dictionnaire des anarchistes] par Hugues Lenoir, version mise en ligne le 20 avril 2014, dernière modification le 12 juillet 2020.

Par Hugues Lenoir

Congrès ICEM en Corée, 2008.
Congrès ICEM en Corée, 2008.

ŒUVRE : De nombreux articles dans Le Monde libertaire. Bonaventure : une école libertaire pourquoi, comment ? (Avec Jean-Marc Raynaud.) Éditions du Monde libertaire, Paris, 1992.— Bonaventure : premiers pas d’une république éducative, Éditions du Monde libertaire, Paris, 1995.— Bonaventure : la graine et le son, Éditions du Monde libertaire, Paris, 1999.— Mujeres libres (introduction), Éditions du Monde libertaire, Paris, 2000.— « Construisons des pratiques d’entraide égalitaire contre la marchandisation des savoirs », Increvables Anarchistes, http://increvablesanarchistes.org— Nouvel Éducateur (revue de l’ICEM), dossier international, n°153, mars 2003.

SOURCES : témoignage direct, mars 2009.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément