SEGURA José Maria, dit Pépito [Dictionnaire des anarchistes]

Par Hugues Lenoir

Né le 19 mars 1948 à Barcelone, mort le 9 janvier 2004 en région parisienne ; dessinateur, technicien ; militant CFDT puis président de Radio Beffroi (Thionville).

José Ségura était le fils de José Maria Segura (1922-1997), combattant durant la guerre d’Espagne dans la Colonne de Fer, militant CNT-E, réfugié en France à partir de 1949 au Creusot puis en Lorraine comme chef d’équipe graissage-maintenance à l’usine Sollac, et de Rosa Soto née en 1928, au foyer. José Maria Segura fut toujours adhérent à la CNT et actif dans les associations espagnoles de l’exil. Il vécut successivement à Thionville, en Lorraine, puis à Asnières (Hauts-de-Seine). Il était marié avec Annie Botelle avec laquelle il eut deux enfants.
Après un début de scolarité brillante, en fin de cinquième, son père décida de le mettre en apprentissage à l’usine. Il suivit par la suite des cours du soir qui lui permirent de devenir technicien. De 1962 à 1987, il travailla à la Sollac-Sacilor comme dessinateur puis comme contremaître et technicien. Il fut détaché à Annaba (Algérie) chez Vallourec entre 1979 et 1981 où sa fraternisation avec les Algériens fut jugée suspecte, ce qui mit fin à son détachement de manière anticipée. Pépito Segura fut licencié en 1987 ; durant le conflit et les grèves de la sidérurgie, il participa activement au mouvement social et aux actions locales.
Ensuite Pépito Segura se reconvertit dans la mise au point de lasers chirurgicaux à Florange, mais l’usine ferma dès 1988. Il décida alors avec sa compagne de quitter la Lorraine pour gérer un restaurant à Asnières.

Tout jeune, il avait fréquenté de nombreux militants anarchistes espagnols et italiens vivant et travaillant en Lorraine. Il fut adhérent à l’association Pain et Liberté de 1965 à 1992 à Thionville, il milita à la CFDT de 1965 à 1968 où il fut responsable des immigrés espagnols. En 1982, il participa à la création de Radio Beffroi qu’il présida jusqu’en 1985 et à de nombreuses actions de solidarité.
Arrivé en région parisienne, il prit contact avec les militants du groupe Pierre-Besnard de la Fédération anarchiste qu’il avait rencontrés lors de la grande manifestation des métallurgistes à Paris en 1986 sans adhérer pour autant à l’organisation.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article155334, notice SEGURA José Maria, dit Pépito [Dictionnaire des anarchistes] par Hugues Lenoir, version mise en ligne le 18 avril 2014, dernière modification le 9 septembre 2020.

Par Hugues Lenoir

SOURCE : témoignage direct d’Annie Segura, mars 2010.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément