LOURADOUR Albert [Dictionnaire des anarchistes]

Par Marianne Enckell

Né le 23 juillet 1893 à à Saint-Georges-de-Montagne (Gironde), mort le 13 avril 1926 à Berlin (Allemagne) ; insoumis français en Suisse ; typographe.

Insoumis, Albert Louradour s’était réfugié à Genève vers 1913 où il fut actif à la FUOSR et au Groupe du Réveil. En 1914 il fut l’objet d’une contravention pour « avoir causé un scandale lors de la représentation de Cœur de française ». Sous le nom de Vincent, il travaillait dans diverses imprimeries de Genève et se définissait comme « anarchiste solitaire ».

Bien qu’expulsé du territoire suisse, il alla travailler comme typographe à la Chaux-de-Fonds mais fut condamné pour rupture de ban à 50 fr. d’amende, au printemps 1916. Une pétition lancée par la Ligue des droits de l’homme de la Chaux-de-Fonds et revêtue de deux mille signatures lui obtint l’autorisation de rester en raison des hostilités.

Louradour n’ayant pas payé son amende, un agent fut chargé de procéder à son arrestation. « L’anarchiste, qui était porteur d’un revolver à six coups, tenta de tuer l’agent, contre lequel il fit feu à bout portant. Par un hasard providentiel, la balle manqua son but et c’est en vain que Louradour pressa une deuxième fois la détente, la deuxième cartouche étant défectueuse. Il fut aussitôt désarmé... »

Condamné le 17 juillet 1916 à 10 ans de réclusion, 10 ans de privation de ses droits civiques et aux frais. Suite à un recours, sa peine fut réduite à 7 ans de prison.

Libéré le 4 août 1921 mais expulsé de Suisse, il alla travailler à Berlin où il mourut en 1926. Son fils Lucien, élevé à La Chaux-de-Fonds par ses grands-parents, participa plus tard à toutes les organisations locales patriotiques.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article155468, notice LOURADOUR Albert [Dictionnaire des anarchistes] par Marianne Enckell, version mise en ligne le 11 avril 2014, dernière modification le 20 avril 2015.

Par Marianne Enckell

SOURCES : Police judiciaire, Genève 1913-1916. — Journal de Genève, 28.5. et 19.7.1916. — Réveil anarchiste, 25.9.1915, 1916 passim. — La Sentinelle, La Chaux-de-Fonds, passim. — Marc Perrenoud, « Les traditions anarchistes et socialistes dans le canton de Neuchâtel », in Ellen Hertz et Fanny Wobmann (dir.), Complications neuchâteloises, Neuchâtel, Alphil, 2014.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément