MAYER Bernhard [Dictionnaire des anarchistes]

Par Marianne Enckell

Né à Laufersweiler (Allemagne) en 1866, mort à Ascona (Tessin, Suisse) en 1946. Négociant en fourrures, anarchiste, soutien financier de Max Nettlau et d’autres.

Originaire d’une famille pauvre, Bernhard Mayer quitta l’école à 14 ans puis travailla comme employé à Sarreguemines, alors en Allemagne, puis à Aix-la-Chapelle avant de s’établir en 1890 à Bruxelles, où il fit fortune. Il y devint socialiste puis anarchiste après sa rencontre avec Ferdinand Domela Nieuwenhuis. Sa générosité due à ses succès commerciaux fut vite connue : il hébergea dans sa cave un prétendu constructeur d’avions, qui y imprimait en réalité de la fausse monnaie ; il se fit exploiter par des terroristes russes. Lors du congrès anarchiste d’Amsterdam en 1907, il fit la rencontre du docteur Raphael Friedeberg, juif athée comme lui, qui fréquentait Ascona en Suisse, « le village le plus étrange du monde », qui séduisit bientôt Mayer ; il y acheta un terrain et s’y fit construire une maison.

Mayer rendait régulièrement visite à Londres à Kropotkine et à Malatesta, qu’il aida aussi financièrement. Il finança notamment les séjours de Kropotkine au Tessin de 1908 à 1913.

Ses enfants eurent pour professeur de latin Paul Reclus ; Mayer contribua à la fondation d’une école Decroly dans son quartier de Bruxelles.

Il s’établit en Suisse en 1916 avec sa famille. C’est par Fritz Brupbacher qu’il fit la connaissance de Max Nettlau, un de ses hôtes avec de nombreux anarchistes et artistes allemands. A Bruxelles, il s’était déjà lié d’amitié avec des artistes et avait commencé des collections de peinture ; il fit de nombreux voyages pour visiter des musées et compléter ses collections grâce à la vente de fourrures.

En 1932, il mit à disposition de Nettlau une partie de sa maison d’Ascona, pour qu’il puisse y stocker ses collections ; elles furent plus tard transportées à l’Institut international d’histoire sociale d’Amsterdam.

En 1941, il choisit de s’exiler à New York, où il rédigea ses mémoires.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article155475, notice MAYER Bernhard [Dictionnaire des anarchistes] par Marianne Enckell, version mise en ligne le 27 mars 2014, dernière modification le 18 juillet 2021.

Par Marianne Enckell

SOURCES : IISG Amsterdam. – Harald Szeeman, introduction à l’exposition de la collection Bernhard Mayer, Kunsthaus Zürich, 1998.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément