SAMAJA (SAMAIA) Nino [Dictionnaire des anarchistes]

Par Marianne Enckell

Né à Lugo (Ravenna, Italie) le 30.7.1876 ; mort à Bologne le 12.9.1959. Médecin.

En 1897-1898, Nino Samaja était membre de la Fédération anarchiste de Romagne. Après l’arrestation des rédacteurs du journal anarchiste L’Agitazione, il prit en charge sa publication clandestine avec Luigi Fabbri, Felice Vezzani et d’autres. Traqué par la police, il partit pour la France d’où il fut probablement expulsé.

On le retrouve à Genève en 1899, où il étudia la médecine. Il fut inculpé avec Carlo Frigerio, Louis Bertoni->155371] et Emile Held pour la publication de l’Almanacco socialista anarchico per l’anno 1900, maintenu en détention quelques jours puis relâché sous caution, et libéré de tout soupçon ; ses co-inculpés furent tous acquittés par le Tribunal fédéral en mai 1900.

Samaja fut alors au nombre des fondateurs du Réveil/Risveglio (voir Bertoni), puis délégué par les anarchistes suisses au Congrès antiparlementaire international de Paris en 1900 (voir son rapport, "Conditions de la propagande anarchiste en Suisse", Les Temps Nouveaux, suppl. littéraire, No 23-32). Il fit à plusieurs reprises des conférences, avec le libre penseur Charles Fulpius et Bertoni, sur la religion ou la défense des expulsés.

Il obtint son diplôme de médecine en 1902 et épousa une Roumaine, Eugenia Giulescu. Il quitta Genève probablement en 1904 (ou 1907 ?).

De retour en Italie, il s’éloigna du mouvement anarchiste au cours de la guerre et se rapprocha des socialistes,sans pour autant s’inscrire au parti. En 1933 il refusa de prêter serment au régime fasciste et fut interdit d’enseignement. En 1940, il fut radié de l’ordre des médecins en tant que juif.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article155513, notice SAMAJA (SAMAIA) Nino [Dictionnaire des anarchistes] par Marianne Enckell, version mise en ligne le 10 avril 2014, dernière modification le 18 juillet 2021.

Par Marianne Enckell

ŒUVRE : Trad. de Guglielmo Ferrero, Le militarisme et la société moderne, Stock 1899. — La législation ouvrière, réponse à M. Jaurès, 1902 (publ. en italien en 1906). – Le siège des convulsions épileptiformes toniques et cloniques, thèse méd., Genève 1903.

SOURCES : CBACH – DBAI – Journal de Genève

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément