SCHAEFFER Charles [Dictionnaire des anarchistes]

Par Rolf Dupuy, Dominique Petit

Né le 20 janvier 1866 à Paris (XIe arr.) ; ébéniste ; anarchiste parisien, gérant de journaux, syndicaliste.

Photo anthropométrique Alphonse Bertillon. Collection Gilman. Métropolitan museum of art. New-York

Charles Schaeffer qui demeurait 11 rue des Boulets à Paris, était l’administrateur de la revue mensuelle L’Autonomie individuelle (Paris, 9 numéros de mai 1887 à mars 1888) dont les principaux rédacteurs étaient Lucas, Carteron et G. Deherme.
A l’été 1887, il participait aux premières réunions du groupe « Les travailleurs communistes libertaires du XXème arrondissement », fondé par Thomas qui se composait d’une trentaine de membres. Il participait également au groupe « Les libertaires du XXe arrondissement ».
Le 26 avril 1892, son domicile était perquisitionné. Il figurait sur l’état récapitulatif des anarchistes au 26 décembre 1893.
En 1892 il était, avec notamment Eugène Villaret, l’un des responsables de la chambre syndicale de l’ébénisterie dont le siège se trouvait 10 rue Basfroi. Il figurait sur une liste d’anarchistes d’avril 1892, il demeurait 5 rue Paul Bert.
Au cours de l’année 1893, un Schaeffer avait assisté à de nombreuses réunions anarchistes (14 rapports d’indicateurs de police le concernant) mais la Préfecture de police ayant attribué le même numéro de dossier à Charles et Ignace Schaeffer, il n’était pas possible d’attribuer la présence à telle réunion, plus à l’un qu’à l’autre. Dans un rapport du 12 avril 1894, la 1ère brigade de recherches de la Préfecture de police signalait son incapacité à s’y retrouver entre les différents Schaeffer. Elle était incapable de retrouver un troisième Schaeffer, cordonnier à Saint-Denis (il s’agissait vraisemblablement d’Emile Schaeffer). « En fait d’individus de ce nom, considérés comme anarchistes, on ne connaît aux archives du Service qu’un nommé Schaeffer qui a assisté le 29 octobre 1892 à une réunion tenue par les Egaux, boulevard de Charonne, n°144, puis le 14 novembre de la même année, à une autre réunion organisée par le groupe L’Autonomie individuelle, 34 rue Pastourelle. Toutefois ces indications se bornent là.
Il est fort possible que l’anarchiste signalé ne soit autre que Schaeffer (Charles), âgé de 28 ans, né à Paris, célibataire, se disant ébéniste, qui le 6 mars dernier, a été arrêté à son domicile, 16 rue Faidherbe et qui, depuis, est détenu à la maison cellulaire de Mazas.
Avant son arrestation cet individu ne se livrait à aucun travail, il fréquentait assidûment bon nombre de ses coreligionnaires politiques, notamment Petit (Georges), orateur anarchiste bien connu, avec lequel il était lié d’amitié.
Antérieurement au mois de juillet 1893, il était domicilié dans le passage Montgallet. Or, on n’apprend pas qu’il ait jamais été fixé à Saint-Denis.
Faute de données suffisantes, on n’a pu diriger l’enquête de façon plus utile. »
Le 2 mars 1894, son domicile, 16 rue Faidherbe, fut perquisitionné, sans résultat et il fut arrêté. Il était libéré le 30 mars 1894. Il figurait sur l’état récapitulatif du 31 décembre 1894. Sur l’état du 31 décembre 1896 et sur celui de 1901, il demeurait 92 rue de Charonne.
A la suite de son arrestation une protestation paraissait dans la Lanterne du 7 mars 1894 : « Les événements nous ont déjà prouvé que les lois de répression n’étaient pas faites contre les anarchistes, mais bien contre les socialistes. La réaction qui nous gouverne a encore commis une infamie en arrêtant le citoyen Charles Schaeffer, secrétaire de la chambre syndicale de l’ébénisterie. »
Le 1er juillet 1894, il se trouvait dans la liste des anarchistes à perquisitionner mais il était absent de son domicile.
Son dossier à la Préfecture de police portait le n°160.899 (le même que celui d’Ignace Schaeffer).
Á partir du 15 octobre 1894 il fut le gérant du journal La Coopération, organe des idées coopérativistes, dans lequel, à partir du numéro 3 il confia une page intitulée "la coopération des idées" à G. Deherme. L’année suivante le journal prenait le titre de La Coopération des idées (Paris, 1895-1913 ?), journal d’éducation et d’actions sociales dont il assura la gérance avant d’être remplacé par Deherme qui en était pratiquement le rédacteur unique et dont les sept numéros publiés en 1895 n’étaient ni numérotés ni datés. C’est à partir de février 1896 (n°1) qu’apparut la numérotation de ce périodique Cette revue, qui était alors domiciliée 87 rue des Pyrénées (20ème arr.), était destinée à encourager la culture populaire et à servir de lien entre les Universités populaires qui, au moins à leur début, étaient animées par des anarchistes.
Charles Schaeffer s’était marié le 19 mars 1920 à Paris avec Armandine Mansuy.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article155597, notice SCHAEFFER Charles [Dictionnaire des anarchistes] par Rolf Dupuy, Dominique Petit, version mise en ligne le 9 avril 2014, dernière modification le 20 janvier 2022.

Par Rolf Dupuy, Dominique Petit

Photo anthropométrique Alphonse Bertillon. Collection Gilman. Métropolitan museum of art. New-York
Fiche photo anthropométrique Alphonse Bertillon. Collection Gilman. Métropolitan museum of art. New-York

SOURCES :
R. Bianco, Un siècle de presse anarchiste…, op. cit. — Fichier Bertillon. — La revue La Coopération est accessible sur Gallica. — Note de Lucien Mercier. — Etat civil — Archives de la Préfecture de police Ba 77, 79, 1498 , 1499, 1500, 1508 — Les anarchistes contre la république par Vivien Bouhey, Annexe 56 : les anarchistes de la Seine — Notice Charles Schaeffer et Emile Schaeffer du Dictionnaire des militants anarchistes.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément