BOVET Aimé [Dictionnaire des anarchistes]

Par Gianpiero Bottinelli, Marianne Enckell

Né le 2 septembre 1863, mort versle 20 avril 1938 à La Chaux-de-Fonds. Graveur, domicilié à La Chaux-de-Fonds (canton de Neuchâtel, Suisse).

Aimé Bovet avait participé à la rédaction du Manifeste des anarchistes suisses en 1889 (voir Albert Nicolet). Le Premier Mai 1891, il prononça un discours à La Chaux-de-Fonds où il dénonçait le socialisme réformiste.
En 1893, il participait avec Nicolet et d’autres à la diffusion d’un manifeste des anarchistes jurassiens, dénonçant le Premier Mai devenu un simple cortège. En 1895, il fut expulsé avec Nicolet et Von Gunten du Cercle ouvrier de La Chaux-de-Fonds.

Il aurait été expulsé de France en 1894 ; son dossier de police porte le numéro 338.446.

Il fut président de l’Union ouvrière locale depuis 1904, après l’intervention de l’armée contre la grève des maçons à La Chaux-de-Fonds, jusqu’en 1907, lorsque les socialistes y reprirent le pouvoir. Il participait toujours au Groupe libertaire local ; la police le considérait comme le chef des anarchistes.

En 1911, il chercha à constituer une Union syndicale indépendante, qui réussit à publier six numéros d’un journal, L’Union syndicale : organe du droit et des libertés des travailleurs, de février à juillet 1912. En août 1912. il prit la parole lors d’une réunion à La Chaux-de-Fonds protestant contre l’arrestation de Bertoni à Zurich. En juillet 1913, il participa au congrès de la Fédération des Unions ouvrières de Suisse romande à Lausanne.

On vit encore parfois sa signature dans le Réveil jusqu’en 1931 au moins ; il était actif à la Libre Pensée internationale, dont le siège était à Lausanne.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article155639, notice BOVET Aimé [Dictionnaire des anarchistes] par Gianpiero Bottinelli, Marianne Enckell, version mise en ligne le 22 mars 2014, dernière modification le 5 juin 2020.

Par Gianpiero Bottinelli, Marianne Enckell

SOURCES : Chantier biographique des anarchistes en Suisse — Jacques Ramseyer, « Les anarchistes de la Chaux-de-Fonds (1880-1914), de la propagande par le fait au syndicalisme révolutionnaire », Musées neuchâtelois 1, 1985 — CAC Fontainebleau. — Arch. PPo Ba 1509, Anarchistes à l’étranger. — La Sentinelle, 23 avril 1938.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément