MONTARESI Pietro [Dictionnaire des anarchistes]

Par Rolf Dupuy

Né à Sarzana (Toscane) le 24 mai 1905 ; mécanicien automobile ; militant italien actif en France et en Belgique ; volontaire en Espagne.

Né dans une famille de tradition libertaire et aîné de quatre enfants, Pietro Montaresi avait commencé à fréquenter très jeune les militants anarchistes les plus actifs de Sarzana. Á l’âge de 15 ans il quitta l’école pour travailler comme apprenti mécanicien chez un ami de son père et sympathisant anarchiste. Lecteur assidu des brochures et journaux libertaires, il fit très vite de la propagande auprès de ses compagnons de travail. En avril 1925, après des heurts avec les fascistes et pour échapper à la répression, il dut émigrer en France où il rejoignit son père Giovanni, réfugié à Marseille depuis 1923, et s’installa à La Seyne-sur-Mer (Var) où il continua son militantisme. Il travailla alors le plus souvent comme maçon ou peintre sur des chantiers de la région (Nice, Toulon, La Ciotat, Marseille, etc.)

En 1928, après avoir été signalé par le Consulat italien, notamment pour sa participation aux manifestations en faveur de Sacco et Vanzetti, il fut l’objet d’une mesure d’expulsion avec d’autres compagnons. Grâce à un laissez passer de 10 jours obtenu par S. Pertini qu’il avait rencontré dans une réunion antifasciste à Nice et futur Président de la République, il échappa à une arrestation par les gendarmes, et gagna Toulon où il vécut quelque temps clandestinement avant de gagner la Belgique en 1929.

C’est à Bruxelles qu’il rencontra Mariette Carlier, sa future compagne. Il participait à Bruxelles aux activités des groupes anarchistes italiens et dénonça dans les colonnes du journal Il Riscatto les activités des agents consulaires et des fascistes résidant dans la capitale belge. Il était surtout lié au groupe qui éditait le journal Bandiera Nera, dirigé par Bifolchi et qui se réunissait au café Squazzi, place de Brouckère. Lors d’un voyage de Mussolini, il fut soupçonné d’avoir participé à une tentative d’attentat.

En 1931 il participa aux activités et réunions du Comité en faveur des victimes politiques dont il était membre ainsi qu’au Comité international de défense anarchiste (CIDA) avec notamment V. Cantarelli*, Lazarevitch* et Mantovani*. Il participa pendant toute cette époque à de très nombreux meetings et à des affrontements avec les militants communistes. En juillet 1933, il revint en France pour y retrouver sa famille puis retourna en Belgique où en 1935 il était signalé par la police comme « anarchiste actif et fanatique », ami intime de Adelino Paini et de Vittorio Cantarelli.

Après le déclenchement de la guerre civile en Espagne, il partit le 4 août 1936 pour Barcelone où il s’enrôla dans la Colonne Durruti et alla combattre à Huesca sur le front d’Aragon. Selon certaines sources il aurait quitté l’Espagne le 2 mai 1937 lors des affrontements avec les staliniens, mais en fait il ne fut démobilisé, contre sa volonté, qu’en décembre 1938 "pour rhumatismes". Il regagna alors la Belgique.

Lors de l’exode en mai 1940 il alla à Marseille chez sa mère. En juillet 1940 il était arrêté à Marseille et interné au camp du Vernet - où il retrouva notamment Ernestan*, Lazarevitch et Léo Campion* - dont il fut extradé le 8 (ou le 19 ?) novembre 1941. Arrêté dès son arrivée en Italie et emprisonné à La Spezia, il fut condamné le 26 février 1942 à 4 ans d’isolation et transféré à Tremiti dont il fut libéré en août 1943. Il travailla comme mécanicien pour un régiment blindé britannique (372 Tank transporter Coy.), puis, après avoir refusé d’aller à Monte Cassino, s’engagea comme mécanicien au Bataillon juif de la 8ème Armée britannique où il resta jusqu’à la fin de la guerre.

Début 1945 il gagna Breda en Hollande puis rentra clandestinement en Belgique où il retrouva sa compagne. Il adhéra alors au noyau de Bruxelles de la CNT en exil dont jusqu’en 1947 il fut le trésorier. Il continua de participer aux activités du mouvement libertaire belge et encore dans les années 1980 était membre de l’Alliance libertaire de Bruxelles. En 1977 il participa aux Journées libertaires organisées à Barcelone par la CNT.

Pietro Montaresi, qui s’était séparé de sa compagne en 1967, prit sa retraite de chef-mettreur mécanicen en 1970.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article155692, notice MONTARESI Pietro [Dictionnaire des anarchistes] par Rolf Dupuy, version mise en ligne le 7 avril 2014, dernière modification le 1er mai 2020.

Par Rolf Dupuy

SOURCES : Dizionario biografico degli anarchici…, op. cit. (Notice de G. Barroero & A. Mameli) — Adunata dei Refrattari, 24 janvier 1942 (dit qu’il a été extradé de France le 19 novembre 1941) — Stefan Van den Zegel "Y’en a pas un sur cent...", op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément