RECOLIN Barthélémy, Hilarion [Dictionnaire des anarchistes]

Par Daniel Vidal

Né le 23 octobre 1845 à Jonquières (Gard). Mécanicien des chemins de fer, cafetier.

Marié à Rosalie Dayre, il eut une fille, Marinette et un fils, Louis Recolin, qui fréquentait les anarchistes. Il résida à Narbonne (Aude) pour exercer de 1879 à 1895 son premier métier de mécanicien des chemins de fer, dont il fut congédié à la veille de sa retraite et suite à un accident qui lui fut attribué.

Son café, le café Dayre, situé 22 rue de la Vierge à Nîmes, accueillit longtemps, sous l’impulsion de son gendre Victor Victor dit Alzas, les réunions et soirées du groupe anarchiste de Nîmes. Il hébergea Sébastien Faure* ou des compagnons de passage qu’il raccompagnait à la gare. Il était lié avec Louis Fernand Raidon. Mais en 1900, le groupe abandonna le café Dayre pour aller se réunir au café Ginier (Bd Gambetta) ou à la Buvette Parisienne du boulevard V. Hugo.

Le 13 septembre 1900, il demanda et obtint sa radiation de l’état des anarchistes du Gard.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article155731, notice RECOLIN Barthélémy, Hilarion [Dictionnaire des anarchistes] par Daniel Vidal, version mise en ligne le 28 mars 2014, dernière modification le 1er février 2022.

Par Daniel Vidal

SOURCES : Archives du Gard 1M749.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément