TRICHEUX Paule [née Fabre] [Dictionnaire des anarchistes]

Par Rolf Dupuy

Née vers 1880 à Roubia (Aude), morte le 9 août 1960. Lingère et couturière. Militante anarchiste de Toulouse.

Comme son compagnon Alphonse Tricheux* et leurs enfants Eugène*, Marius* et Noela, Paule Tricheux, après leur retour de Cuba en 1919, fut membre dans les années 1920-1930 du groupe toulousain Bien-être et Liberté. Elle travaillait alors à domicile comme couturière avec sa fille Noela.

Le 11 novembre 1926, lors d’une manifestation en faveur de Sacco et Vanzetti, Paule, à la tête du cortège, portait une pancarte peinte en noir sur laquelle on pouvait lire « Libérons les victimes du capitalisme international ! », « Vive l’anarchie », « Liberté pour les emprisonnés politiques, Sauvons Sacco et Vanzetti ». Son compagnon Alphonse et leur fille Noela portaient une autre pancarte où il était inscrit « À bas les prisons ». Les pancartes furent confisquées par la police, la famille Tricheux amenée au poste et verbalisée.

Dès le coup d’état franquiste de juillet 1936 elle partit en Espagne avec Alphonse, leurs deux fils, leur fille Noela et le fils de cette dernière, Floreal. En février 1937 elle était l’une des déléguées à la propagande du Groupe féminin libertaire de Puigcerda. Le bureau de ce groupe était formé par Pierrette Cerda (secrétaire), Emilia Moline (secrétaire adjointe), Lucia Cabello (trésorière), Madeleine Pérez (trésorière adjointe), Aurora Lorenzo, Emilia Lopez, Buenaventura Vidal et Carmona Sola (déléguées à la propagande). Paule collabora à cette époque à l’organe local de la CNT-FAI Sembrador. Suite aux affrontements de mai 1937, elle fut arrêtée en juin 1937 à Puigcerda par les staliniens et détenue quelques mois, comme le reste de la famille.

Pendant l’occupation nazie, la fermette des Tricheux, située près de Toulouse, servit pour accueillir plusieurs militants, dont André Arru*, ainsi que des réunions clandestines en vue de reconstituer le mouvement libertaire et notamment à la réunion du 19 juillet 1943 à laquelle participèrent une vingtaine de personnes dont, outre le couple Tricheux, Maurice Laisant*, André Arru, François Deluret, Voline*, San Clemente et José Ester Borras* de la CNT-FAI.

A La libération elle participa au groupe Bien-être et Liberté reconstitué et adhérent à la Fédération anarchiste.

Paule Tricheux est décédée à Toulouse le 9 août 1960.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article155783, notice TRICHEUX Paule [née Fabre] [Dictionnaire des anarchistes] par Rolf Dupuy, version mise en ligne le 22 mars 2014, dernière modification le 11 novembre 2017.

Par Rolf Dupuy

SOURCES : Violetta Marcos & Juanito Marcos, Itinéraire d’un anarchiste..., op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément