BRITEL Gaston (MICHAUD Gaston, Alphonse, dit) [Dictionnaire des anarchistes]

Par Notice complétée par Rolf Dupuy

Né le 26 janvier 1890 à Argentan-sur-Creuse (Indre), mort à Spéracèdes (Alpes-Maritimes) le 19 mars 1970 ; peintre décorateur ; militant anarchiste dans le Sud-Ouest puis dans les Alpes-Maritimes.

Fils d’Alphone Michaud et Lucie Britel, Gaston Michaud était en 1928 le secrétaire provisoire du Groupement fédéraliste des syndicalistes du sud-ouest (Gironde, Landes, Basses-Pyrénées, Lot-et-Garonne et Gers). Au début des années 1930 il s’installait dans les Alpes Maritimes où, au chômage, il animait en 1931 le comité de chômeurs d’Antibes. Le 25 février 1931 il organisa une réunion publique à l’occasion de la journée contre le chômage et fut inculpé de « provocation au vol et au pillage dans un but de propagande anarchiste » suite à ses propos et à l’apposition d’affiches engageant « à la révolte et au pillage ». Après avoir revendiqué la paternité de ces affiches il fut condamné à 4 mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Grasse.

Il était également l’administrateur des Editions du Travailleur Libertaire qui de janvier 1932 à fin 1936 publièrent un peu plus d’une demie-douzaine de brochures dont il fut vraisemblablement l’auteur : Vérités et mensonges du bolchévisme (janvier 1932, signé G. Michaud), Vers l’anarchie par le communisme libertaire (avril 1932), A l’anarchie, les paysans (parue ?), La vraie laïcité (parue ?), Le communisme libertaire (1935), Une bonne rencontre (193 ?), Qu’est ce que la Fédération communiste libertaire (1936).

En 1937 il était à Nice le secrétaire de la Fédération Communiste Libertaire (FCL) des Alpes-maritimes et militait à la CGTSR. Sous son nom ou sous le pseudonyme de Gaston Britel, il collaborait à cette époque à plusieurs titres de la presse libertaire dont : La Brochure Mensuelle, La Conquête du Pain (Boulogne-Billancourt, 1934-1935) de F. Planche, Le Flambeau (Brest, 1927-1934) et Le Libertaire, organe de l’Union anarchiste communiste.

Gaston Michaud est probablement l’auteur du texte La révolution sociale par la baisse des prix édité en janvier 1939 à Toulon par la 28e région de la CGT-SR dans la collection « Cahiers du Travailleur libertaire » (numéro unique ?).

Après la guerre, Gaston Michaud, qui fut le gérant de la Communauté du Plascassier et habitait 10 rue Rostand à Antibes, milita à la Fédération anarchiste et à la CNTF. Il collabora au Combat syndicaliste et au Libertaire. Après sa marginalisation en 1952 de la FA par les partisans de G. Fontenis*, il collabora à Contre Courant (Paris, 1950-1968) de Louis Louvet*, puis au bulletin des groupes anarchistes normands Boum intitulé à partir du n°4 (juin 1965) Echo Libertaire (Le Havre-Rouen, en tout 10 numéros de janvier 1965 à février 1968) dont le principal animateur était Aurélien Dauguet*.

Gaston Britel était toujours membre de la CNTF en 1970. Il s’était marié à Spéracèdes en mars 1960.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article156173, notice BRITEL Gaston (MICHAUD Gaston, Alphonse, dit) [Dictionnaire des anarchistes] par Notice complétée par Rolf Dupuy, version mise en ligne le 13 mars 2014, dernière modification le 8 mai 2014.

Par Notice complétée par Rolf Dupuy

ŒUVRE : outre les titres cités ci-dessus : Périr ou distribuer (1950). – La foire aux ânes, ou De l’abolition du salariat, Marseille 1951, rééd. Toulouse, Le Coquelicot, 2007..

SOURCES : Arch.Nat F7/13030. — R. Bianco, Un siècle de presse, op. cit. — Notes D. Dupuy. — CAC Fontainebleau 20010216-171. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément