SCHMICKRATH Georges, Pierre, Alphonse [Dictionnaire des anarchistes]

Par Marianne Enckell

Né le 9 septembre 1887 à Bruxelles ; typographe.

En 1911, Georges Schmickrath était un des rédacteurs de La Réforme sociale (deux numéros conservés au Munaneum, Bruxelles). En 1912, il participait au comité de rédaction du Combat Social (Bruxelles, 3 numéros en avril 1912) dirigé par Georges Thonar, et dont il était l’imprimeur (Imprimerie populaire G. Schmickrath ; rue montagne de Sion, 25) ; il y rédigeait la rubrique contre les propriétaires avec Georges Cochon.

A l’été 1913 il résidait à Nancy, 42 rue de Metz, où il était membre du groupe de la Fédération communiste anarchiste révolutionnaire (FCAR) dont le secrétaire était Gustave Bernardon et où il fut l’objet en août d’un contrôle d’identité avec le compagnon Henri Einfalt, lequel déposa une plainte auprès de la Ligue des Droits de l’homme. C’est peut-être à cette époque que Schmickrath fut expulsé de France pour « crimes contre la sûreté de l’Etat ».

Pendant la guerre de 1914-1918, il servit au Congo, puis s’établit à Liège où la police relevait qu’il « professe des idées très avancées ».

En 1920, il travaillait à l’imprimerie Kundig à Genève et ses deux enfants étaient en pension en banlieue ; il était peut-être veuf. Il quitta Genève en octobre pour se rendre en Italie ; du coup, il fut l’objet d’une mesure d’expulsion.

En 1925, il était à nouveau à Bruxelles, un temps gérant du journal syndicaliste Le Creuset (1925 à 1932) dirigé par Jean De Boë.

Durant l’été 1934, il était de passage à Genève « avec 20 compatriotes, en route pour le Congo ». Il organisait en effet des caravanes à vélo pour amener des chômeurs belges au Congo, qui n’arrivèrent pas toutes à destination.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article156482, notice SCHMICKRATH Georges, Pierre, Alphonse [Dictionnaire des anarchistes] par Marianne Enckell, version mise en ligne le 25 février 2014, dernière modification le 10 juin 2022.

Par Marianne Enckell

ŒUVRE (outre la collaboration aux périodiques cités) : L’Exil vers les tropiques. Europe - Afrique : 50.000 kilomètres sur les routes arides de l’exil..., Bruxelles, 1935, 87 p.

SOURCES : René Bianco, « Un siècle de presse anarchiste », op. cit. — Vermeersch, Arthur J., Répertoire de la presse bruxelloise, 1789-1914, Bruxelles, 1968 — Archives d’Etat, Genève, 2008 va 50.2.302 (avec une photo anthropométrique). — AD Meurthe et Moselle 4M260 — Arch. Nat. F7/13053. — Jan Moulaert, Le Mouvement anarchiste en Belgique : 1870-1914, Ottignies, Quorum, 19916. — Note de Pedro Monaville.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément