BENOIST Constant, Auguste, Alexandre, dit "Cantin" [Dictionnaire des anarchistes]

Par Guillaume Davranche, Jean-Jacques Doré

Né le 23 août 1875 à Souillé (Sarthe) ; terrassier ; anarchiste et syndicaliste du Havre (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) puis de Conflans-Sainte-Honorine (Seine-et-Oise, Yvelines).

Fils d’un charron et d’une journalière, Constant Benoist fut à l’origine, le 19 juin 1911, de la création du Groupes d’études sociales du Havre, de tendance anarchiste, qui compta également dans ses rangs le Belge Linotte, Louis Verdière et Maximilien Letellier*.

En mars 1912, avec Louis Parisot*, Raoul Le Nôtre (dit Baudoin*) et d’autres, il cofonda le groupe havrais des Amis de La Bataille syndicaliste, qui compta jusqu’à une soixantaine de membres, il en fut le secrétaire. Militant de la CGT, il était catalogué comme anarchiste et antimilitariste après avoir été condamné à six jours de prison, le 23 juillet 1913, pour insultes envers l’armée (il fut logiquement inscrit sur la liste des antimilitaristes de Seine-Inférieure).

Pendant la Grande Guerre, il fut pacifiste. Toujours avec Louis Parisot, il contribua à la reconstitution du syndicat des Terrassiers, après qu’ils aient refusé de rester, comme avant guerre, une section du syndicat général du Bâtiment. Le 1er janvier 1916, il fut élu trésorier adjoint d’un bureau composé d’anarchistes confirmé : Louis Parisot (secrétaire), Louis Brunel (secrétaire adjoint) et Honoré Grandval (trésorier). Le syndicat adhéra au Comité de défense syndicaliste (CDS) et joua un grand rôle dans la minorité révolutionnaire de l’Union locale du Havre. Élu secrétaire de l’organisation en janvier 1917, assisté de Louis Lamandé (secrétaire adjoint), Louis Parisot (trésorier) et Maurice Jarre (trésorier adjoint), il fut un des orateurs du meeting du 1er mai 1917 au Havre, et y salua la Révolution russe.

Embauché dans une entreprise de construction de Conflans-Sainte-Honorine, Benoist quitta Le Havre en 1919. Qualifié par le commissaire du Havre « de bon orateur et militant très actif », il n’est guère étonnant qu’il fut en mai 1920, secrétaire du syndicat CGT du Bâtiment de cette commune.

Constant Benoist s’était marié au Mans (Sarthe) avec Eugénie Curé le 29 juin 1900 et habitait Conflans à partie de 1919.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article156516, notice BENOIST Constant, Auguste, Alexandre, dit "Cantin" [Dictionnaire des anarchistes] par Guillaume Davranche, Jean-Jacques Doré, version mise en ligne le 6 août 2020, dernière modification le 8 juillet 2021.

Par Guillaume Davranche, Jean-Jacques Doré

SOURCES : Arch. Dép. Seine-Maritime 1 MP 269 Suspects, 1 MP 1406 Syndicats 1911-1917, 4 MP 2410 Réunions et conférences 1914-1918. — Arch. Dép. Seine-et-Oise 16 M 406.Groupe libertaire Jules Durand, Cent vingt ans d’anarchisme au Havre, Éditions du Libertaire, 2000 — John Barzman, Dockers, Métallos, Ménagères. Mouvements sociaux et cultures militantes au Havre, 1912-1923, PURH, 1997. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément