DEGREEF Pierre [Dictionnaire des anarchistes]

Par Dominique Petit

Né le 19 décembre 1875 à Roubaix (Nord) ; tisseur, célibataire, militant anarchiste à Roubaix et Reims.

À Roubaix Degreef fréquentait régulièrement la Brasserie libertaire, 28 rue de Mouvaux. Il assistait à toutes les réunions anarchistes. Il était l’afficheur nocturne des placards et vendait les journaux anarchistes. Il prit une part active aux manifestations animées par l’anarchiste Sauvage en janvier et février 1898, devant l’église Saint Martin.

Degreef tira en 1898 le n° 56, et fut reconnu bon pour le service par le conseil de révision. Il quitta Roubaix le 23 mars 1898 pour aller rendre visite à Albert Philippe à Londres. Revenu à Roubaix, il en repartait le 4 mai 1898, sans doute pour Saint Quentin.

Le 8 mai 1900, il arrivait à Reims avec le compagnon Carrière. Il se vantait d’être en correspondance avec Albert Philippe, ancien gérant de la Cravache de Roubaix, réfugié à Londres, qui aurait quitté l’Angleterre pour venir se cacher en France à Paris ou dans les environs. Degreef fréquentait les principaux anarchistes de Reims où il vendait le Libertaire. Il travaillait dans une usine comme rattacheur. Les 4 et 5 août 1900, il fut assesseur dans les réunions animées à Reims par Liard-Courtois.

Le 2 décembre 1901, il quitta Reims pour se rendre à Roubaix, la police ne l’y retrouva que le 17 janvier 1902.

En avril 1902, il se présenta aux élections législatives dans la 6e circonscription du Nord comme candidat anarchiste. Le 8 novembre 1902, il fut orateur avec Dhooghe et Liénard d’une conférence publique sur "l’armée dans les grèves" au Palais du travail à Roubaix.

La Cour d’appel de Douai condamna le 24 février 1903, à six mois de prison avec sursis, Degreef, imprimeur-gérant de La petite feuille anarchiste (Roubaix, 16 numéros, du 1er avril 1902 au 3 mars 1903) puis de la Feuille anarchiste (Roubaix, 6 numéros, du 12 mars au 25 août 1903), poursuivi pour excitation de militaires à la rébellion, pour avoir reproduit un article du Libertaire. Le ministère public demanda et obtint le huis clos, pour que les articles incriminés ne reçoivent pas du procès un supplément de publicité. Le tribunal de Lille avait condamné Degreef seulement à vingt-quatre heures de prison.

Le numéro 16 du 9 mars 1903 annonçait que le tirage du journal passait de 5000 à 10.000 exemplaires. Il était distribué gratuitement.

Degreef quitta Roubaix en février 1905, travaillait pour le compte d’une maison de machines à coudre. Le 1er juillet 1905, il commit un vol dans l’église de Gueux (Marne) et fut condamné à 3 mois de prison par le tribunal de Reims. Le 1er octobre 1905, il était libéré.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article156694, notice DEGREEF Pierre [Dictionnaire des anarchistes] par Dominique Petit, version mise en ligne le 26 février 2014, dernière modification le 26 septembre 2020.

Par Dominique Petit

SOURCES : 30 M 105 Arch. Dép. Marne — CAC Fontainebleau 1994 0494 art.54 — Notes de Rolf Dupuy et Claude Delattre — Le Matin, 25 avril 1902, La Croix, 25 février 1903, Gallica — R. Bianco, « Un siècle de presse anarchiste d’expression française », op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément