GAY Joseph, Jean, Auguste [dit SPIRUS-GAY] [Dictionnaire des anarchistes]

Par Thierry Bertrand, Marianne Enckell

Né le 25 octobre 1865 à Paris (6ème), mort le 9 novembre 1938 à Paris. Équilibriste ; naturien, anarchiste de Paris, syndicaliste CGT.

L’Artiste Lyrique, mai 1911.

De père italien, Joseph dut acquérir la nationalité française. Il accomplit également une année de service militaire.

Il était équilibriste et vivait au cachet sans autres moyens d’existence. En 1894 il était membre du groupe allemaniste du XI arrondissement de Paris mais cela ne l’empêchait pas de clamer ses sympathies pour l’anarchisme. Il fit non seulement, lors d’une réunion du Cercle d’Études Sociales des Artistes dont il était l’un des fondateurs, l’apologie de l’assassinat de Carnot mais il prit également la défense de Henri Etiévant. Il expliquait son adhésion au Parti Allemaniste par le fait que ce dernier était celui qui se rapprochait le plus de l’anarchie. Il fit aussi partie du Syndicat fédératif du spectacle, qu’il poussa dans la voie révolutionnaire. En 1900 le Cercle d’Études Sociales et le Syndicat fédératif étaient déjà dissous.

En novembre 1894 il logeait au 19, rue Pierre Nys à Paris. Il vivait alors maritalement avec Louise Cary.

En 1897 il faisait partie des « Naturiens Propagandistes » avec Émile Gravelle, Hubert Beaulieu, Paul Paillette, Henri Zisly, etc., qui exposèrent les fondements du Naturianisme dans l’article « Notre Base » paru dans L’Etat naturel de juillet 1897.

En 1900 il habitait 20 rue d’Avron à Paris. Il était inscrit, cette même année, sur la liste des anarchistes du département de la Seine ; il mesurait 1m65, avait des cheveux blonds et une moustache. En 1903 sa résidence, 5, Cité Riverin, était surveillée par la police.

Il fut le délégué du Syndicat des Artistes Lyriques au 14e congrès national corporatif – 8e de la CGT – et à la conférence des Bourses du Travail tenus à Bourges du 12 au 20 septembre 1904. Il s’y prononça contre le label corporatif (cf. compte rendu, p. 228). Lors du même congrès Spirus-Gay évoqua l’antimilitarisme.

Naturien, il s’était bâti en 1903 une maison sur le site d’un ancien four à chaux à Brières-les-Scellés (aujourd’hui dans l’Essonne). Une communauté y aurait apparemment habité et le naturisme y était pratiqué. Spirus-Gay y cultivait les plantes et passait pour guérir naturellement nombre d’affections.

Dans L’Ordre Naturel de novembre 1905 il écrivait : "Vouloir asservir la nature à son joug, ce n’est pas être libertaire ni conscient : c’est entreprendre orgueilleusement une lutte contre une force incommensurablement supérieure à soi et c’est s’exposer inévitablement à succomber d’une façon piteuse et lamentable après un excessif et stupide labeur inutile. On s’affirme donc libertaire en étant naturien."

En 1910, il était critiqué avec bien d’autres personnes par Emile Janvion pour faire partie des francs-maçons voulant mettre la main sur les syndicats.
En effet, il était membre de la loge Anatole France du Grand Orient de France.

Il avait été initié comme Apprenti le 13 juin 1904 à la Loge Art et Travail de Paris. Il devint Compagnon le 15 novembre 1909 et Maître maçon le même jour, pratique courante à l’époque.
Il fut membre fondateur de la Loge Anatole France, créée le 12 janvier 1925 à Paris, rue Cadet dans le IXe arr.
Démissionnaire de la loge le 1er janvier 1926, il la réintégra le 12 mai 1927.
Il fit une planche (exposé) le 9 juin 1927 : "Le tabagisme, au point de vue hygiénique, pathologique et social".

Le "fichier allemand" des franc-maçons indiquait qu’il était mort le 9 novembre 1938, en contradiction avec une mort en 1927 indiquée sur d’autres documents.

La loge Anatole France était composée de quelques artistes, nombreux de ses membres étaient ouvertement "socialisants".

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article156720, notice GAY Joseph, Jean, Auguste [dit SPIRUS-GAY] [Dictionnaire des anarchistes] par Thierry Bertrand, Marianne Enckell, version mise en ligne le 25 février 2014, dernière modification le 28 mai 2020.

Par Thierry Bertrand, Marianne Enckell

L’Artiste Lyrique, mai 1911.

SOURCES : CAC Fontainebleau, cote 19940448, article 114 — DBMOF — Wikipédia art. « Naturisme » — L’Ordre Naturel, novembre 1905 — Renseignements communiqués par Jean Nesterenko..

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément