LAMBIN Célina [Dictionnaire des anarchistes]

Par Anne Steiner

Née à Reims le 23 mars 1876, décédée à Vierzon le 10 janvier 1958, anarchiste individualiste.

Fille d’un fileur et d’une journalière, Célina Lambin est née à Reims. En 1901, son frère, Auguste Lambin* fut incarcéré à Troyes pour détention d’explosifs. Le parquet de Troyes adressa alors une note au préfet de la Marne pour lui signaler que Célina Lambin, domiciliée à Châlons-sur-Marne, avait écrit à son frère qu’elle commettrait un attentat contre les personnes s’il venait à être condamné.

Célina, qui vivait en garni et s’était fait embaucher dans une fabrique de paillassons, utilisait alors un nom d’emprunt : Marie Gibou (patronyme de sa mère). Elle fut convoquée par la police de Châlons à la suite de ce courrier et avoua sa véritable identité. Elle fit dès lors l’objet d’une surveillance.

On voit apparaître de temps en temps son nom dans l’hebdomadaire individualiste l’anarchie à partir de 1909. Elle était l’amie de l’individualiste Jules Méline* qui écrivait régulièrement dans ce journal à partir de 1909. De juillet 1910 à avril 1911, elle vécut avec lui à Reims, sa ville natale. Ils y fréquentaient l’illégaliste Henri Ronne* lié à Nourry*.
Pendant toute l’année 1912, les messages pour elle étaient fréquents dans la rubrique "Trois mots aux amis" de l’anarchie. Elle-même en adressait à beaucoup d’individualistes connus. En 1913, elle annonça qu’elle s’était installée à Montereau dans l’Yonne et qu’elle souhaitait avoir les adresses de "copains" sur la région.

En 1914, elle vivait à Chartres et correspondait avec Alexandre Lebourg* emprisonné à Bougie en Algérie, avant qu’il soit envoyé sur le front et fait prisonnier par les Allemands. Pendant tout le temps de sa captivité, elle continua à lui écrire.
Elle a également correspondu longtemps avec E. Armand* qu’elle traitait "d’inactualiste". Elle disait pour sa part ne pouvoir penser à rien d’autre qu’à la guerre et être dévastée par le chagrin. Elle abonna de nombreuses connaissances au journal d’Armand Par delà la mêlée.

En janvier 1933, elle participa à la collecte lancée par La Voix libertaire en faveur de Foncette Gaultier*. Elle habitait alors à Vierzon.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article156747, notice LAMBIN Célina [Dictionnaire des anarchistes] par Anne Steiner, version mise en ligne le 24 février 2014, dernière modification le 5 avril 2014.

Par Anne Steiner

SOURCES : l’ anarchie, 1905-1914 — Fonds Armand IFHS 14AS 209 à 14AS211 — Archives départementales de la Marne 30M107 — Etat-civil — note de Marianne Enckell.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément