MALSAND BLANCO Paulino [Dictionnaire des anarchistes]

Par Rolf Dupuy

Né à Sallent (Espagne) le 28 mars 1911, mort le 19 décembre 1980 en région parisienne. Ouvrier, militant de la CNT et de la FAI, puis de la FA en France.

Fils d’un émigré français travaillant dans les mines de potasse de Sallent et d’une ouvrière espagnole, Paulino Malsand Blanco avait été très tôt orphelin de père et mère avec ses trois petits frères. Il commença à travailler dans une usine de textile de Manresa , puis comme maçon, et adhéra au mouvement libertaire où au début des années 1930 il allait devenir un militant très actif de la CNT et de la FAI du Haut Llobregat.

En février 1936 il réintégra, avec des centaines d’autres, son travail à la mine après avoir fait partie de la commission qui avait négocié cette réintégration. Dès le début du soulèvement franquiste de juillet 1936, il fut l’un des organisateurs du Comité des milices antifascistes de Manresa, puis partit comme volontaire dans une unité de mitrailleurs de la Colonne Paso la Idea sur le front de Tardienta. Assez rapidement et à cause de sa mauvaise vue, il fut renvoyé à l’arrière où il allait s’intégrer aux collectivités métallurgiques.

Exilé en France lors de la Retirada, il allait pendant l’Occupation participer très activement à la réorganisation de la CNT. Il fut d’abord membre du Comité national clandestin de la zone nord. Lors de l’assemblée plénière tenu à Toulouse en octobre 1944, il fut nommé secrétaire de la section politique du CN. Délégué au premier congrès tenu à Paris en mai 1945, il y fut nommé au Comité National à la section coordination (action clandestine). Il participa dans ces années à tous les congrès et assemblées pleinières ainsi qu’à de très nombreux meetings dans de nombreuses villes de France.

En 1947 il démissionnait du CN et s’installait à Bordeaux où il allait travailler comme maçon et occasionnellement comme docker. Tout en continuant à militer dans le mouvement espagnol, il s’intégra au mouvement libertaire français, participa à la fondation de la CNT française et milita au groupe Sébastien Faure animé par les frères Lapeyre*.

Après la réunification du mouvement libertaire espagnol en 1960, il s’éloigna peu à peu de la tendance dite « orthodoxe » (Montseny, Esgleas) et fut finalement exclu de la CNT lors d’un plenum à Bordeaux en 1969. L’année suivante, pour des raisons familiales il partit s’installer à Paris où il intégra le groupe Louise Michel de la Fédération anarchiste dont il fut, lors d’un congrès, nommé secrétaire. Nommé permanent bénévole à la librairie de la rue Ternaux, ses vastes connaissances allaient contribuer à développer la librairie et l’audience de la FA. Très attentif aux relations internationales il aida la FA à nouer des contacts avec l’Amérique latine et bien sûr avec le mouvement espagnol en exil comme à l’intérieur. Il fut l’un des promoteurs du rattachement de la FA à l’Internationale des Fédérations Anarchistes (IFA) apès le départ de l’ORA de cette dernière.

En 1974, bien que lassé des luttes intestines du mouvement espagnol, il participa à la conférence tenu à Narbonne par la tendance éditant le journal Frente Libertario.

Paulino Malsand Blanco, qui avait également contribué à l’édition et la réédition de nombreux classiques de l’anarchisme, est décédé d’un cancer généralisé dans la nuit du 19 décembre 1980. Il a été inhumé à Thiais le 23 décembre.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article156777, notice MALSAND BLANCO Paulino [Dictionnaire des anarchistes] par Rolf Dupuy, version mise en ligne le 23 février 2014, dernière modification le 9 mars 2014.

Par Rolf Dupuy

SOURCES : M. Iñiguez, Esbozo…, op. cit.Monde Libertaire, 1er janvier 1981 — B. Torres Mazas, Anales del exilio libertarioConfrontación, n°20, octobre-décembre 1980.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément