TURMO Antoine [Dictionnaire des anarchistes]

Par Marianne Enckell

Né le 21 décembre 1915 à Bordeaux (Gironde), mort le 30 juillet 1986 à (Haute-Garonne) ; chauffagiste, électricien ; milicien en Espagne, anarcho-syndicaliste.

Fils de Julien Turmo, manœuvre, et de Nathalie Marsol, journalière, Antoine Turmo adhéra dès son jeune âge à la CGT-SR. En 1935, il s’insoumit au service militaire ; condamné à deux ans de prison, il passa à la clandestinité. Il partit à l’été 1936 comme volontaire en Espagne et fut milicien dans la Centurie Sébastien Faure de la Colonne Durruti. En octobre 1937 il fut l’un des signataires d’une lettre de soutien à un ancien milicien de la Colonne, Robert Léger*, emprisonné à Paris à la suite d’une série d’attentats contre des locaux patronaux.
De retour en France après la déroute, il y fut à nouveau clandestin avant d’être amnistié à la veille de la guerre en 1939. Incorporé dans un régiment de chars, il fut rapidement fait prisonnier et le resta jusqu’à la Libération.

Après la guerre, Antoine Turmo milita à la CNTF à Toulouse, où il organisa notamment le syndicat du bâtiment. Inscrit sur les listes noires du patronat, il dut changer de métier. Malgré l’affaiblissement de la CNTF depuis la fondation de la CGT-FO en 1948, il resta fidèle à son organisation et sut établir le lien avec les jeunes générations.

En janvier 1962, il fut nommé directeur-gérant de l’hebdomadaire franco-espagnol Espoir (Toulouse, 1962-1983) publié après l’interdiction par les autorités françaises en novembre 1961 de Solidaridad Obrera (1944-1961), organe de la CNT espagnole en exil. En 1977 il devint secrétaire confédéral de la CNTF puis directeur de publication du Combat syndicaliste de 1983 jusqu’à sa mort, où il fut remplacé par Emile Travé.

Il s’était marié le 19 février 1947 à Toulouse (Haute-Garonne) avec Marcelle Souque

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article156850, notice TURMO Antoine [Dictionnaire des anarchistes] par Marianne Enckell, version mise en ligne le 17 mars 2014, dernière modification le 26 janvier 2019.

Par Marianne Enckell

SOURCES : Notes de R. Dupuy — Nécrologie de Xavier Frolan, Le Combat syndicaliste, 61, septembre 1986. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément