LE BRIS Eugène, Corentin, Pierre-Marie. Écrit parfois LEBRIS Eugène

Par Jean-Pierre Ravery

Né le 12 juin 1913 à Lanriec (Finistère), fusillé le 29 janvier 1943 terrain militaire du Bêle à Nantes (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique) ; marin ; militant communiste ; résistant FTPF ; Procès des 42.

Eugène Le Bris
Eugène Le Bris

Fils de Corentin Pierre Marie Le Bris et de Victorine née Joffrézic, ménagère, Eugène Le Bris était mécanicien dans la Marine marchande. Il avait adhéré au Parti communiste français (PCF) en 1936 à bord d’un cargo qui transportait des armes soviétiques entre Mourmansk et les ports de l’Espagne républicaine pour le compte de « France Navigation ». En 1939, la mise sous séquestre de la compagnie par le gouvernement Daladier le priva de travail et le ramena à Concarneau (Finistère).
Il y devint rapidement l’une des chevilles ouvrières du PCF clandestin. Il était membre du triangle de direction avec René Lijour et Eugène Le Caignec jusqu’à son affectation à l’Organisation spéciale (OS) en mars 1942. Il allait s’y distinguer par son audace exceptionnelle. Selon Eugène Kerbaul, « c’est lui qui abattra le premier Allemand descendu à Concarneau, au Cabellou », un acte de résistance dont l’auteur resta ignoré des polices françaises et allemandes. Mais après l’avoir arrêté, elles allaient lui en imputer beaucoup d’autres. À commencer par l’exécution du juge d’instruction Le Braz le 9 septembre 1942 en plein palais de justice de Nantes lors du coup de main qu’Eugène Le Bris avait organisé pour délivrer son camarade Raymond Hervé.
Par une étrange ironie du destin, ce dernier allait provoquer sa chute deux semaines plus tard. Le 26 septembre en fin d’après-midi, Eugène Le Bris, Raymond Hervé et Jean-Louis Prima avaient attaqué la recette des PTT de Kerentrech-Lanester (Morbihan) pour y récupérer des fonds destinés à leur organisation. Mais Raymond Hervé était arrêté un peu plus tard aux abords de la gare de Lorient par des gardiens de la paix, au terme d’une lutte acharnée. Le lendemain vers 17 heures, le commissaire Mitaine, représentant la « section spéciale des affaires judiciaires à caractère politique » de Lorient, téléphonait à son collègue du service des Renseignements généraux (RG) de Quimper, Henri Soutif, pour l’informer qu’il avait fini par arracher au jeune résistant le nom de l’un de ses complices, Eugène Le Bris, « un individu dangereux et armé, auteur probable de l’assassinat de Nantes [...] susceptible de se trouver à son domicile à Lanriec, près de Concarneau ». Accompagné du commissaire Jouannic de Concarneau, des inspecteurs Le Marchand et Le Roy de son service, et d’une escouade de gendarmes commandés par le chef d’escadron Poignant et le capitaine Le Thomas, le commissaire Soutif réussissait à capturer Le Bris dans une petite ferme isolée au bout d’un chemin de terre. Plusieurs armes à feu chargées étaient saisies, parmi lesquelles le pistolet utilisé contre le juge Le Braz. Sévèrement battu et bientôt transporté à Lorient pour être confronté à Raymond Hervé, Eugène Le Bris allait connaître un long calvaire. Dans une déposition recueillie le 5 janvier 1945, une secrétaire du service des RG de Quimper, Mlle Marie Philippe, devait témoigner : « je l’ai vu à Lorient et à Quimper, il a certainement été torturé, ainsi qu’Hervé d’ailleurs [...]. Chaque fois que j’ai vu Le Bris, il se trouvait couché, à la suite des nombreux coups qu’il avait reçus ».
Dans le rapport de synthèse qu’il transmit au préfet du Finistère le 24 octobre 1942, le commissaire Soutif récapitulait les actions imputées à Eugène Le Bris : « En mars 1942 : cambriolage d’un dépôt d’explosifs de l’organisation Todt au lieu-dit Rouz au passage en Lanriec en compagnie de Huon Pierre. Il a tenté de faire sauter les explosifs qu’il ne pouvait pas emporter mais n’y est pas parvenu. Fin avril 1942 : cambriolage du dépôt d’explosifs de la firme Heller à Quimperlé en compagnie de Prima (en fuite), Marc Jean (en fuite), Abalain Albert (arrêté) et Corre Pierre (en fuite). 1er mai 1942 : sabotage à l’Anse de Lin près de Concarneau d’un poste de relais téléphonique. Vers le 15 juin 1942 : sabotage d’un pylône en béton de la ligne électrique Concarneau-Quimperlé. 9 septembre 1942 : coup de main à Nantes sur le cabinet d’instruction no 1 et meurtre du juge d’instruction Le Braz. Sabotage au mois de septembre 1942 d’une pelle mécanique allemande dans la cour de la gare de Concarneau. Cambriolage à Concarneau de l’usine Teysonneau en mars 1942. Mars 1942 – vol de sucre et de conserves aux usines Cassegrain de Concarneau. 30 avril 1942 – cambriolage du bureau de l’armement Charrier à Beuzec-Conq en vue de se procurer une machine à écrire destinée au Parti communiste sur ordre du sieur Lijour (en fuite). 24 septembre 1942 – cambriolage en compagnie d’Hervé de la mairie de Beuzec-Conq. Vol important de tickets d’alimentation, d’une machine à écrire et de cachets à empreintes humides officielles. Le 26 septembre 1942 – coup de main sur le bureau de poste de Kerantrach-Lanester. » Secondés par la gendarmerie et la 13e brigade de police judiciaire, les RG arrêtèrent dans cette affaire une cinquantaine de cadres du PCF, du Front national et des FTP dans les régions de Quimper, Lorient, Brest et Nantes. En outre, plusieurs containers d’armes et d’explosifs fournis aux FTP par les services spéciaux britanniques furent saisis.
Livrés aux Allemands, Eugène Le Bris et la plupart des résistants capturés comparurent devant un tribunal de guerre qui siégea au palais de justice de Nantes du 15 au 28 janvier 1943. Il était présidé par le colonel Dr. Hanschmann. Le procureur était une « vedette » de la justice militaire allemande en France, le Dr. Gottloeb. Cinq avocats français, maîtres Guineaudeau, Lerat, Lauriot, Mouquin et Pascal, étaient censés assister les quarante-cinq accusés (parmi lesquels deux femmes). La traduction d’une partie des débats fut assurée par Edmond Duméril. Selon les notes prises par ce dernier, le réquisitoire du Dr Gottloeb visa explicitement à criminaliser la Résistance française, à un moment où la Wehrmacht était sur le point de subir une défaite historique à Stalingrad et où les jeunes Français rejoignaient en masse les maquis pour se soustraire au service du travail obligatoire en Allemagne : « il ne s’agit pas de criminels dévoués à une idée, mais bien d’assassins, de bandits organisés, que l’attaque de l’Allemagne contre la Russie rend dangereux. Leurs chefs enrôlent des jeunes gens pour se camoufler en patriotes afin de ne pas être reconnus comme communistes. Leur devise est celle de la terreur, alors que le vrai soldat allemand est entré dans la lutte pour libérer l’Europe et son pays du communisme. Ils ont mérité la mort ! » La presse collaborationniste fit chorus, comme Le phare qui titra son compte-rendu du procès : « La civilisation occidentale épure... »
Trente-sept condamnations à mort furent finalement prononcées pour « actes de franc-tireur », ainsi que trois peines d’emprisonnement et trois acquittements faute de preuves (deux des « acquittés », Roger Guédon et Ernest Le Goff, furent déportés). Le cas des deux femmes, Renée Losq et Marie Michel, fut renvoyé à un complément d’enquête mais elles furent elles aussi déportées.
Eugène Le Bris et huit autres des condamnés furent exécutés le 29 janvier 1943, quatre jours avant l’expiration du délai de grâce officiel, sur le terrain militaire du Bêle à Nantes. Vingt-cinq de leurs camarades subissaient le même sort le 13 février. Les trois derniers étaient fusillés à leur tour le 7 mai.
Eugène Le Bris a été reconnu Mort pour la France le 16 février 1945 (rectifié le 20 février 1947pour l’orthographe du nom de sa mère Joffrézic et non Jaffrézic) et homologué sergent FFI.
Après la guerre, le nom d’Eugène Le Bris fut attribué à une rue de Concarneau et gravé sur le monument aux morts du cimetière de Lanriec dans cette ville.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article156904, notice LE BRIS Eugène, Corentin, Pierre-Marie. Écrit parfois LEBRIS Eugène par Jean-Pierre Ravery, version mise en ligne le 20 février 2014, dernière modification le 27 février 2019.

Par Jean-Pierre Ravery

Eugène Le Bris
Eugène Le Bris

SOURCES : Dossier Soutif dans les archives de la CCCP du PCF : Notes Ravery. – Arch. Dép. Loire-Atlantique, 305 J 3 . — Eugène Kerbaul, 1 270 militants du Finistère (1918-1945), 1985. – Edmond Duméril, Jean Bourgeon, Journal d’un honnête homme pendant l’Occupation : juin 1940-août 1945, Thonon les Bains, Éd. L’Albatros, 1990. – René Pichavant, Clandestins de l’Iroise : récits d’histoire. Vol. 2, Éd. Morgane, 2001. – Dominique Bloyet, Jean-Pierre Sauvage, La répression anticommuniste en Loire-Inférieure 1939-1944, Geste Éd., 2005. – Roger Leroux, Le Morbihan en guerre. 1939-1945, Éd. Joseph Floch, 1978. – Michel Guéguen, Louis-Pierre Le Maitre, L’aigle sur la mer : Concarneau 1939-1945, 1985-1988. — Acte de décès.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément