LEGOY Michel, Louis, René

Par Jean Quellien

Né le 16 avril 1916 à Paris, fusillé le 14 août 1943 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; chef monteur sur chantier naval ; membre des FTPF, résistant Front national.

Domicilié à Ouistreham (Calvados), Michel Legois était ouvrier aux chantiers navals de Blainville-sur-Orne (Calvados).
Résistant, il appartenait au Front national et aux FTPF. Victime de la rafle lancée par la police française après l’échec d’une tentative de sabotage sur la voie ferrée entre Caen et Mézidon, il fut pris dans un traquenard tendu place Courtonne, à Caen, le 2 mars 1943.
Remis aux Allemands, il fut incarcéré à la prison de Fresnes et jugé par la cour martiale du Gross Paris le 13 juillet avec une vingtaine d’autres membres du groupe.
Condamné à mort, Michel Legois a été fusillé au Mont-Valérien le 14 août 1943 en compagnie de treize de ses camarades de combat.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article156906, notice LEGOY Michel, Louis, René par Jean Quellien, version mise en ligne le 20 février 2014, dernière modification le 5 mai 2022.

Par Jean Quellien

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – J. Quellien (sous la dir.), Livre mémorial des victimes du nazisme dans le Calvados, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément