LUTHY Bernard, Pierre [Pseudonymes dans la Résistance : Gilles, Gilbert]

Par Jean-Pierre Besse, Sébastien Touffu

Né le 1er janvier 1924 à Bar-sur-Aube (Aube), fusillé le 11 avril 1944 à Châlons-sur-Marne (Châlons-en-Champagne, Marne) ; apprenti boulanger ; résistant ; FTPF.

Fils d’un peintre en bâtiment, Bernard Luthy obtint son certificat d’études puis travailla chez son père. Après la déclaration de guerre, il quitta le domicile familial pour devenir apprenti boulanger à Clérey (Aube), où il était domicilié légalement selon son acte de décès, puis à Sainte-Savine (Aube). Au moment de son arrestation, il était domicilié à la boulangerie Drosières, rue Benoît-Malon à Sainte-Savine.

Pour échapper au Service du travail obligatoire (STO), il passa dans la clandestinité et rejoignit en février 1944 un groupe de Francs-tireurs et partisans (FTP) en formation dans les bois de Laubressel. Doté du matricule 2 457 et sous le pseudonyme de Gilbert, il prit la tête de la dizaine de membres présents dans les bois pour la plupart des prisonniers de guerre évadés et des réfractaires au STO. Il reçut l’ordre de rejoindre Nogent-sur-Seine (Aube) et de se mettre en rapport avec le maquis des Vignots, nouvellement constitué.
Le 7 mars 1944, il participa à l’exécution d’une collaboratrice mais dut quitter le secteur pour des raisons de sécurité. Il revint à Troyes (Aube) et fut affecté au groupement du château de Vaux à partir du 10 mars.
Il fut arrêté le 17 mars 1944, 8 rue de la République à Troyes en service commandé. Il se rendait à une boîte postale pour y remettre un pli mais une souricière avait été tendue. Des échanges de tirs se produisirent. Un inspecteur et un gendarme mobile furent blessés. Il fut, lui aussi, blessé à la main mais maîtrisé. Conduit à l’hôpital de Troyes, il y resta quinze jours puis fut détenu deux jours rue de Preize avant d’être envoyé à la prison de Châlons le 1er avril.
La cour martiale de la Milice de Châlons-sur-Marne (Châlons-en-Champagne, Marne) le condamna à mort le 11 avril 1944.

Selon l’enquête réalisée par le préfet en juin 1956 : « Il est entré dans la Résistance FTP en février 1943 comme agent de liaison. Il a été arrêté par les GMR, il se rendait chez un gardien de la paix résistant chez lequel avait été établie une souricière. Il est à la prison de Chalons le 1er avril. Par arrêt de la cour martiale de Châlons en date du 11 avril 1944 et en vertu de la loi de Vichy du 20 janvier 1944 modifiée et complétée par celle du 11 février 1944, article 5, il a été condamné à mort et passé par les armes le même jour dans la cour de la maison d’arrêt de Chalons sur Marne par les GMR (Groupes mobiles de réserve). »

Il a été reconnu « Mort pour la France » en juin 1945 et a obtenu le titre d’Interné Résistant. La Médaille de la Résistance lui a été décernée par décret du 28 mars 1961, publié au JO le 1er avril 1961.

À Clercy dans l’Aube, le nom de Bernard Luthy est inscrit sur deux plaques commémoratives apposées l’une sur le calvaire érigé dans le cimetière et faisant office de monument aux morts, l’autre à la mairie.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article156914, notice LUTHY Bernard, Pierre [Pseudonymes dans la Résistance : Gilles, Gilbert] par Jean-Pierre Besse, Sébastien Touffu, version mise en ligne le 21 février 2014, dernière modification le 2 juin 2021.

Par Jean-Pierre Besse, Sébastien Touffu

SOURCES : AVCC, Caen, dossier 21, P 263 935. – SHD, Vincennes, GR 16 P 380892. — CRDP de Champagne-Ardenne, La Résistance dans l’Aube, CDrom, AERI, 2010. — Notes de Jean-Pierre et Jocelyne Husson. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément