DOUAR Mohamed [Dictionnaire Algérie]

Par René Gallissot

Né en 1912 dans un village kabyle ; mort au camp de Lambèze le 25 janvier 1943 ; traminot syndicaliste CGT, connu pour avoir marqué la percée du PPA, parti nationaliste de Messali* en étant élu conseiller général à Alger en avril 1939.

Venu de Kabylie pour travailler à Alger à la compagnie des Chemins de fer sur route (tramways et bus dans le grand Alger), M. Douar est très tôt syndiqué à la CGTU et, avec un groupe de traminots, participe à la tentative en 1933 de Parti nationaliste révolutionnaire lié au mouvement communiste à l’initiative du secrétaire de la Région communiste Si Ahmed Belarbi* dit Boualem. Il y eut plusieurs réunions autour d’Ahmed Mézerna* mais pas de suite, car ces mêmes traminots vont entreprendre l’implantation en Algérie de l’Étoile nord-africaine réorganisée au même moment en parti exclusif par Messali à Paris et en région parisienne. M. Douar reste un traminot syndicaliste actif militant de la CGTU à la CGT réunifiée.

Parallèlement il passe de l’Étoile nord-africaine dissoute par le gouvernement de Front populaire au Parti du peuple algérien fondé par Messali* qui vient faire campagne en Algérie de 1937 à 1939 et subit plusieurs arrestations et emprisonnements. Précisément sur Alger, c’est Mohamed Douar qui intervient alors dans les meetings et défend le PPA (Parti du peuple algérien) face aux attaques communistes ; le PCA (Parti communiste algérien) a la fâcheuse pratique d’assimiler le PPA au PPF en le traitant de Parti populaire algérien et en renvoyant le nationalisme au fascisme. Aussi, c’est par défi que le parti messaliste, -Messali est en prison -, présente aux élections cantonales du printemps 1939 ce syndicaliste authentique qu’est Mohamed Douar, kabyle algérois comme une partie de la nouvelle population des quartiers populaires, et appelant à l’élection d’une Assemblée nationale constituante algérienne comme le demandait déjà le programme des congrès nord-africains en France devenu programme de l’ENA (Etoile nord-africaine) depuis 1926.

Les élus algériens et journalistes de l’intelligentsia politique de Front populaire, du Congrès musulman et proches des Oulémas, ne sont pas au bout de leur surprise. Un des plus avancés d’entre eux, Lamine Lamoudi* du journal La Défense écrit parlant des candidats : « Je ne dirai rien du pauvre Douar dont j’entends parler pour la première fois ». Douar balaye le candidat communiste de Front populaire adossé au Congrès musulman et triomphe au deuxième tour avec 5 920 voix sur 12 311 votants. Le candidat administratif, grand bourgeois notable, Mahieddine Zerrouk est battu. Le trucage n’est pas encore au point. C’est après coup, début juin, que le conseil de préfecture proclame élu son candidat maison en annulant l’élection de M. Douar. Celui-ci fait appel et repart en campagne. L’administration coloniale qualifie d’anti-français, les slogans de protestation du PPA lors du défilé du 14 juillet, et s’en prend à ceux qui assument la direction du parti ; avec Mme Messali (Emilie Busquant*) et Mohammed Khider, Mohamed Douar est arrêté ; la pression est telle qu’ils sont remis en liberté.

À l’approche de l’entrée en guerre de l’Allemagne, M. Douar et ces responsables d’Alger mettent en garde Messali contre la fraction de dirigeants du PPA qui se prépare à accepter les offres et le soutien financier du parti hitlérien. Ils appuient ensuite sa décision de les mettre à l’écart puis de les exclure. Ainsi que le PCF et le PCA, le PPA est interdit en septembre 1939. Alors que des groupes de jeunes du PPA (les Jeunes de la Casbah mais non les Jeunes de Belcourt) se montrent sensibles à la puissance allemande, c’est sur la ligne antifasciste que Mohamed Douar coordonne la réorganisation du PPA clandestin. Sous Vichy, un décret-loi du 8 juin 1940 déclare Mohamed Douar définitivement déchu de son mandat de conseiller général. Il est envoyé à « la section spéciale indigène » à Reggan dans le sud saharien, fortin-petit bagne de redressement de l’armée française comme Biribi en Tunisie et Tazmamart au Maroc. Il est ensuite enfermé, fers aux pieds, au bagne de Lambèze où il meurt d’épuisement à la fin janvier 1943, près de trois mois après le débarquement allié à Alger.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article156981, notice DOUAR Mohamed [Dictionnaire Algérie] par René Gallissot, version mise en ligne le 22 février 2014, dernière modification le 22 février 2014.

Par René Gallissot

SOURCES : Arch. Nat. Outre-mer, Aix-en-Provence, 9H 18. — B. Stora, Dictionnaire biographique des nationalistes algériens, op. cit. — Omar Carlier, « De Allalou à Mezerna, un groupe social médiateur et novateur : les traminots algérois des années 1930. », Le Mouvement social, janvier-mars, 1989, repris dans Entre Nation et Djihad, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément