BROUSTE Lucien, Gaston

Par Pierre Lapeyre

Né le 8 septembre 1895 à Mont-de-Marsan (Landes), mort le 25 juillet 1983 à Aire-sur-l’Adour (Landes) ; conducteur électricien ; syndicaliste CGT de Toulouse (Haute-Garonne).

Fils d’un homme d’équipe et d’une lingère, Lucien Brouste, conducteur électricien au dépôt de Toulouse (Haute-Garonne), militait à la CGTU et fut élu, en mars 1939, au comité directeur du syndicat CGT des cheminots. Il habitait alors rue des Anges à Toulouse.
À la Libération, en septembre 1944, il figurait au premier bureau de secteur comme secrétaire adjoint. En novembre, lors de la réorganisation du secteur, il se trouvait à nouveau membre du bureau. Il y resta jusqu’à la fin de 1949 d’une manière permanente et plus irrégulièrement jusqu’en février 1955. Entre temps il avait pris la retraite et à partir de janvier 1952, ce fut au titre de représentant de la section des retraités qu’il y participa.
De septembre 1944 à 1945, il fut également membre du bureau du syndicat de Toulouse.
Lucien Brouste dut être le premier secrétaire général de la section des retraités de Toulouse qu’il avait dû contribuer à créer vers 1951 et qui, dès cette époque, comptait plus de cinq cents syndiqués et qu’il représenta au conseil national de la Fédération de 1951 à 1953. Il fut remplacé à cette tâche par André Séguy.
Brouste habitait alors 20 rue Julien Sacaze à Toulouse. Il s’était marié en février 1922 à Aire-sur-l’Adour (Landes) avec Jeanne Manaut.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article1572, notice BROUSTE Lucien, Gaston par Pierre Lapeyre, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 15 décembre 2011.

Par Pierre Lapeyre

SOURCES : Arch. Fédération CGT des cheminots. — Registres du secteur et du syndicat de Toulouse. — Listes électorales et recensement de Toulouse, 1936. — Acte de naissance.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément