BONNAND Roger, Jean

Par Daniel Grason

Né le 21 septembre 1903 à Paris (XIe arr.), fusillé le 24 octobre 1941 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; chef égoutier.

Fils de Gaspard et d’Amélie, née Levier, Roger Bonnand épousa Marcelle, née Duponnois. Le couple vivait à Chelles (Seine-et-Marne). Il trouva trois revolvers dans les égouts et en vendit un. Le receleur, pris dans une rafle avec l’arme sur lui, dénonça Roger Bonnand et Paul Grossin, égoutiers. La police française interpella Roger Bonnand le 14 octobre 1941.
Livré aux Allemands, il fut incarcéré à la prison du Cherche-Midi (VIe arr.) et il comparut le 21 octobre 1941 devant le tribunal du Gross Paris qui siégeait rue Boissy-d’Anglas (VIIIe arr.). Condamné à mort pour « détention illégale d’armes et de munitions », Roger Bonnand fut exécuté le 24 au Mont-Valérien. Le lendemain, un « Avis » parut dans les quotidiens collaborationnistes Le Matin et Le Petit Parisien.
Son nom figure sur le monument aux morts de Chelles.

Il est inhumé au carré militaire du cimetière de Chelles.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article157338, notice BONNAND Roger, Jean par Daniel Grason, version mise en ligne le 9 mars 2014, dernière modification le 9 juillet 2021.

Par Daniel Grason

SOURCES : Arch. PPo., BA 2117. – AVCC, Caen, B VIII dossier 2, Liste S 1744-1947/41 (Notes Thomas Pouty). – Le Matin et Le Petit Parisien, 25 octobre 1941. – Site Internet Mémoire des Hommes. – Mémorial GenWeb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément