SIBILLE Hubert, Marie, Paul

Par Daniel Grason

Né le 17 février 1922 à Cornimont (Vosges), fusillé le 24 octobre 1941 au stand de tir du ministère de l’Air à Paris (XVe arr.) ; tisserand ; militant communiste.

Hubert Sibille vivait et travaillait à Cornimon.
En septembre 1941, le sénateur-maire de la ville signala aux Renseignements généraux qu’un groupe de jeunes communistes s’était constitué et que leur objectif était d’attaquer des collaborateurs et des soldats allemands. Une enquête fut ouverte, Hubert Sibille, Albert Gehin et Pierre Mangel furent arrêtés pour « menées anarchistes » et Hubert Sibille avoua posséder des armes cachées en forêt. Jugé par la section spéciale de la cour d’appel de Nancy (Meurthe-et-Moselle), il fut condamné le 11 octobre 1941 à trois ans de travaux forcés.
Il comparut à nouveau devant le tribunal de la Feldkommandantur 550 d’Épinal (Vosges) et fut condamné le 14 octobre 1941 à huit ans de travaux forcés.
Transféré à la prison de Fresnes (Seine, Val-de-Marne) le 20 octobre 1941, condamné à mort trois jours plus tard, il fut passé par les armes le 24 octobre 1941 au stand de tir du ministère de l’Air.
Le lendemain, un Avis parut dans les quotidiens collaborationnistes Le Matin et Le Petit Parisien. Il était indiqué qu’Hubert Sibille « condamné à mort pour détention illégale d’armes et de munitions » avait été fusillé la veille. Il figurait sur le même Avis que Roger Bonnand et Paul Grossin, exécutés le même jour au Mont-Valérien.
Hubert Sibille fut inhumé dans le carré des corps restitués aux familles au cimetière d’Ivry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne), avenue de l’Est dans la 39e division.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article157356, notice SIBILLE Hubert, Marie, Paul par Daniel Grason, version mise en ligne le 9 mars 2014, dernière modification le 16 mars 2017.

Par Daniel Grason

SOURCES : DAVCC, Caen, B VIII dossier 2, Liste S 1744-1903/41 (Notes Thomas Pouty). – Le Matin et Le Petit Parisien du 25 octobre 1941. – Léon Tsévery, Florence Sekhraoui, Les 161 fusillés du polygone de Balard, Éd. association FFDJF, 2011.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément