VILLARD Raymond

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Né le 3 septembre 1915 à Nancy (Meurthe-et-Moselle), fusillé comme otage le 9 mai 1942 à Châlons-sur-Marne (Châlons-en-Champagne, Marne).

Raymond Villard
Raymond Villard
SOURCE : Mémorial GenWeb

Raymond Villard était le fils d’Eugène Villard, déménageur, et de Marie Bogard, sans profession. Il était domicilié à Nancy (Meurthe-et-Moselle)

Le 16 septembre 1941, il a été condamné à trois ans de réclusion par le tribunal militaire allemand FK 591 de Nancy pour manifestations anti-allemandes – « a chanté « "L’Internationale" ». Détenu à la prison allemande de Nancy, il a été transféré le 7 novembre 1941 à la Maison d’arrêt de Châlons-sur-Marne (Châlons-sen-Champage, Marne).
À la suite d’un attentat commis le 1er mai 1942 dans la région de Caen (Calvados) contre un train de permissionnaires allemand (déraillement faisant dix morts et vingt blessés), il a été fusillé comme otage le 9 mai 1942 à Châlons-sur-Marne.

Un jugement déclaratif de décès rendu par le tribunal de première instance de Châlons le 5 juin 1942 et transcrit le 11 juin sous le numéro 480 à l’état-civil de cette ville, le déclare « décédé le 9 mai 1942 à 6 heures cinquante-huit minutes à Châlons-sur-Marne », sans préciser le lieu de l’exécution. Selon Pierre Gillet, il a été fusillé au stand de tir de Châlons, avenue du Général Sarrail.

Inhumé dans le cimetière de l’Est de Châlons, le corps de Raymond Villard a été exhumé le 22 juillet 1948 et transféré dans le carré des corps restitués du cimetière de Nancy.

Le nom de Raymond Villard est inscrit sur la plaque commémorative érigée sur le site de la Butte des fusillés à L’Épine (Marne).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article157389, notice VILLARD Raymond par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson, version mise en ligne le 11 mars 2014, dernière modification le 18 avril 2020.

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Raymond Villard
Raymond Villard
SOURCE : Mémorial GenWeb
Sur la plaque commémorative</br>de la Butte des fusillés à L'Épine
Sur la plaque commémorative
de la Butte des fusillés à L’Épine
SOURCE : 
Photos Jean-Pierre et Jocelyne Husson

SOURCES : Arch. CH2GM-Marne, Direction de l’état civil et des recherches, dossier de Brinon, B7/64690, n° 020093. – Arch. Dép. Marne, M 7463, exécutions par les Allemands 1941-1944. – Pierre Gillet, « Châlons sous la botte. Souvenirs de la Résistance à Châlons-sur-Marne et dans l’arrondissement (1940-1945) », Cahiers châlonnais, no 3, Châlons-sur-Marne, 1983, réédité en 1998. – Gael Eisman, Hôtel Majestic : ordre et sécurité en France occupée (1940-1944), Tallandier, 2010. – Jean-Pierre et Jocelyne Husson, La Résistance dans la Marne, DVDrom, AERI-Département de la Fondation de la Résistance et CRDP de Champagne-Ardenne, Reims, 2013. – Mémorial GenWeb. – État civil, Nancy (acte de naissance) ; Châlons-en-Champagne (transcription du jugement déclaratif).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément