BELHARTZ Jean [BELHARTZ Saint-Jean, dit]

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Né le 31 mars 1892 à Chéraute (Basses-Pyrénées, Pyrénées-Atlantiques), fusillé après condamnation à mort le 23 mai 1942 à Châlons-sur-Marne (Châlons-en-Champagne, Marne) ; artisan-maçon.

Jean Belhartz était le fils de Jean Pierre Belhartz, propriétaire-maçon, et de Marie Elichirigoïty, ménagère. Père de cinq enfants nés en 1921, 1922, 1923, 1930 et 1936, il était domicilié à Broyes (Marne) où il exerçait la profession d’artisan maçon.

Arrêté le 20 mai 1942, il a été condamné à mort pour détention d’armes et de munitions le 21 mai par le tribunal militaire allemand FK 531 siégeant à Châlons-sur-Marne et a été fusillé le 23 mai 1942.

Un jugement déclaratif de décès rendu par le tribunal de première instance de Châlons le 3 juillet 1942 et transcrit le 18 juillet sous le numéro 525 à l’état-civil de cette ville, le déclare décédé le 23 mai 1942 à 18 heures quarante minutes à Châlons-sur-Marne », sans préciser le lieu de l’exécution. Selon Pierre Gillet, il a été fusillé au stand de tir de Châlons, avenue du Général Sarrail.

Inhumé dans le cimetière de l’Est de Châlons, le corps de Jean Belhartz a été exhumé le 30 octobre 1961 et transféré dans la nécropole nationale de Châlons-en-Champagne qui jouxte le cimetière de l’Est.

Jean Belhartz a été reconnu « Mort pour la France » en 1946.

Dans la Marne, le nom de Jean Belhartz, orthographié « Belhatz », figure sur la plaque commémorative érigée sur le site de la Butte des fusillés à L’Épine et sur le monument aux martyrs de la Résistance de Reims où résidait sa fille, Yvonne Belhartz.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article157396, notice BELHARTZ Jean [BELHARTZ Saint-Jean, dit] par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson, version mise en ligne le 11 mars 2014, dernière modification le 23 avril 2020.

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Dans la nécropole nationale</br> de Châlons-en-Champagne
Dans la nécropole nationale
de Châlons-en-Champagne
Sur la plaque commémorative</br>de la Butte des fusillés à L'Épine
Sur la plaque commémorative
de la Butte des fusillés à L’Épine
Sur le monument</br>aux martyrs de la Résistance de Reims
Sur le monument
aux martyrs de la Résistance de Reims
SOURCE : 
Photos Jean-Pierre et Jocelyne Husson

SOURCES : Arch. CH2GM-Marne, Direction de l’état civil et des recherches, dossier de Brinon, B 7/380, n° 001514. – Arch. Dép. Marne, M. 7463, exécutions par les Allemands 1941-1944 ; M. 4774, fusillés ou exécutés par les Allemands, liste dressée à la demande du ministère de l’Intérieur en octobre 1944. – Arch. COSOR de la Marne. – Pierre Gillet, « Châlons sous la botte. Souvenirs de la Résistance à Châlons-sur-Marne et dans l’arrondissement (1940-1945) », Cahiers châlonnais, n° 3, Châlons-sur-Marne, 1983, réédité en 1998. – Jean-Pierre et Jocelyne Husson, La Résistance dans la Marne, dvd-rom, AERI-Département de la Fondation de la Résistance et CRDP de Champagne-Ardenne, Reims, 2013. – État civil, Chéraute (acte de naissance) ; Châlons-en-Champagne (transcription du jugement déclaratif de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément