BOUCHÉ Pierre, Paul

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Né le 15 mars 1902 à Vertus (Marne), fusillé après condamnation à mort le 5 août 1944 à L’Épine (Marne) ; agent SNCF ; résistant ; FFI ; FFC au titre de Résistance-Fer.

Pierre Bouché
Pierre Bouché
SOURCE : 
Pierre Servagnat, La Résistance et les FFI
dans l’arrondissement d’Épernay

Pierre Bouché était le fils de Paul Noël Bouché, vigneron à Vertus, et d’Émilie Salmon, son épouse, sans profession. Il avait épousé Suzanne Émilie Paté le 11 décembre 1926 à Épernay (Marne) où le couple était domicilié et où Pierre Bouché exerçait la profession d’ouvrier perceur-aléseur aux Ateliers SNCF.

Membre du groupe FFI (Forces françaises de l’intérieur) constitué aux Ateliers SNCF d’Épernay en janvier 1943, il assura des transports d’armes, fabriqua des faux papiers et prit en charge des réfractaires qui étaient cachés dans les fermes environnantes. Piégé par un soldat allemand qui s’était fait passer pour un Alsacien souhaitant déserter la Wehrmacht et s’engager dans la Résistance, à qui il avait fourni des faux papiers, Pierre Bouché fut arrêté à Épernay le 8 mai 1944 en même temps que Pierre Escudié et Denise Carroy, la fiancée de ce dernier, au Café du Soleil tenu par Suzanne et Pierre Joly qui furent eux aussi arrêtés.
Denise Carroy et Suzanne Joly furent déportées le 19 juin 1944 à Ravensbrück, où Suzanne décéda le 15 avril 1945. Pierre Joly, déporté le 29 août 1944 à Neuengamme, survécut à la déportation.

Détenu à la prison de Châlons-sur-Marne (Châlons-en-Champagne), Pierre Bouché fut condamné à mort le 17 juillet 1944 par le tribunal militaire allemand FK 531 siégeant à Châlons-sur-Marne, en même temps que Pierre Escudié. Il semble que cette condamnation à mort soit intervenue en représailles après l’exécution le 13 juillet 1944 à Épernay de deux soldats allemands de la Kriegsmarine par des membres du groupe Melpomène, groupe de résistance implanté dans le secteur de Châlons-sur-Marne. Pierre Bouché a été fusillé le 5 août 1944, sur le terrain de La Folie à L’Épine en même temps que Pierre Escudié.

Le tribunal civil de première instance de Châlons-sur-Marne a rendu le 8 septembre 1944 un jugement déclaratif de décès transcrit à l’état civil de cette ville le 16 septembre 1944 sous le numéro 596, qui déclare que Pierre Bouché « est décédé à Châlons-sur-Marne le 5 août 1944 à vingt heures dix minutes ».

Inhumé dans le cimetière de l’Est de Châlons, le corps de Pierre Bouché fut exhumé et ultérieurement ré-inhumé dans le cimetière du Nord à Épernay.

Pierre Bouché a été reconnu « Mort pour la France » en 1945. Il a été homologué FFI avec le grade de lieutenant et FFC au titre de Résistance-Fer. Le titre d’Interné-résistant lui a été décerné, ainsi que la Médaille de la Résistance avec rosette par décret du 24 avril 1946 publié au JO du 17 mai 1946.

Dans la Marne, le nom de Pierre Bouché est inscrit sur la plaque commémorative de la Butte des fusillés à L’Épine.
À Épernay, il figure sur la liste des « Fusillés » du monument aux martyrs de la Résistance, sur la plaque de la gare SNCF et sur la stèle érigée initialement dans la cour des Ateliers SNCF qui a été transférée en 2011 sur le site des TER, boulevard Joffre.
À Vertus (Blancs-Côteaux), il est inscrit sur le monument aux martyrs de la Résistance du canton.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article157401, notice BOUCHÉ Pierre, Paul par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson, version mise en ligne le 11 mars 2014, dernière modification le 10 mai 2021.

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Pierre Bouché
Pierre Bouché
SOURCE : 
Pierre Servagnat, La Résistance et les FFI
dans l’arrondissement d’Épernay
Butte des fusillés à L'Épine
Butte des fusillés à L’Épine
Sur la plaque commémorative</br>de la Butte des fusillés à L'Épine
Sur la plaque commémorative
de la Butte des fusillés à L’Épine
Dans le cimetière Nord d'Épernay
Dans le cimetière Nord d’Épernay
En gare d'Épernay
En gare d’Épernay
Sur la plaque commémorative </br>des Ateliers SNCF d'Épernay
Sur la plaque commémorative
des Ateliers SNCF d’Épernay
Sur le monument aux martyrs de la Résistance</br> à Épernay
Sur le monument aux martyrs de la Résistance
à Épernay
Sur le monument aux martyrs de la Résistance</br>de Vertus
Sur le monument aux martyrs de la Résistance
de Vertus
SOURCE : 
Photos Jean-Pierre et Jocelyne Husson

SOURCES : SHD, Vincennes, GR16P 76 740. – Arch. Dép. Marne, M. 7463, exécutions par les Allemands 1941-1944 ; M. 4774, fusillés ou exécutés par les Allemands, liste dressée à la demande du ministère de l’Intérieur en octobre 1944. – L’Union (photo), 24 mai 1946. – Pierre Servagnat, La Résistance et les Forces françaises de l’intérieur dans l’arrondissement d’Épernay-Souvenirs du capitaine Servagnat-Ceux de la Résistance (photo), Presses de l’Imprimerie de Montligeon, 1946. – Pierre Gillet, « Châlons sous la botte. Souvenirs de la Résistance à Châlons-sur-Marne et dans l’arrondissement (1940-1945) », Cahiers châlonnais, n° 3, Châlons-sur-Marne, 1983, réédité en 1998. – Jean-Pierre et Jocelyne Husson, La Résistance dans la Marne, dvd-rom, AERI-Département de la Fondation de la Résistance et CRDP de Champagne-Ardenne, Reims, 2013. – État civil, Vertus (acte de naissance) ; Châlons-en-Champagne (transcription du jugement déclaratif de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément