SAUVAGE Rodolphe

Par Didier Bigorgne

Né le 3 avril 1875 à Aix-la-Chapelle (Allemagne), mort le 28 juin 1955 à Sedan (Ardennes) ; ouvrier du textile, puis fabricant de drap ; militant socialiste, puis militant communiste et du Mouvement de la paix ; président de l’association France-URSS dans les Ardennes (1952-1955).

Rodolphe Sauvage exerçait la profession d’ouvrier tisseur quand il épousa Adelaïde Lucie Gillet, une jeune sedanaise sans profession, née en 1878. Le couple s’installa à Sedan.

En 1903, Rodolphe Sauvage était secrétaire du cercle d’études sociales ‘’La Sentinelle’’ de Sedan affilié à la Fédération des Travailleurs socialistes des Ardennes. Il adhéra au Parti socialiste SFIO en 1905. Le 24 juillet 1910, Il fut le candidat de son parti à l’élection pour le Conseil d’arrondissement dans le canton de Sedan : il obtint 1386 voix sur 4402 inscrits et 2919 votants.

Après la guerre de 1914-1918, Rodolphe Sauvage devint fabriquant de drap. Il fit alors partie des manufacturiers du textile qui consolidèrent la renommée du drap de Sedan. Il fut président de l’Association des anciens élèves de l’Ecole de tissage.

Avec la scission du congrès de Tours (25-30 décembre 1920), Rodolphe Sauvage regarda la naissance du Parti communiste avec sympathie. Il resta fidèle à ses idées et milita à ses côtés tout au long de sa vie.

À la Libération, Rodolphe Sauvage fut élu président du comité du Front national de Sedan. Le 7 avril 1945, il participa à la constitution de l’Association départementale des victimes du nazisme : il devint membre du comité d’honneur avec les communistes Pierre Lareppe*, Miguel Sauvage* et Rolande Trempé*. Le 16 décembre suivant, il contribua à la création du Mouvement unifié de la Résistance dans les Ardennes et fit partie du comité départemental. À partir de sa fondation dans les Ardennes en octobre 1950, Rodolphe Sauvage fut un militant du Mouvement de la paix. Il participa à de nombreuses manifestations ; il prit une part active dans le rassemblement national présidé par Frédéric Joliot-Curie qui accueillit sept mille personnes, le 11 mai 1952 à Sedan. La même année, il devint président départemental de l’association France-URSS ; il exerça cette fonction jusqu’à sa mort.

Aux élections municipales des 8 et 15 mars 1959, l’épouse de Rodolphe Sauvage fut candidate sur la liste présentée par le Parti communiste à Sedan.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article157608, notice SAUVAGE Rodolphe par Didier Bigorgne, version mise en ligne le 18 mars 2014, dernière modification le 18 mars 2014.

Par Didier Bigorgne

SOURCES : Arch. de la Fédération des Travailleurs socialistes des Ardennes.— Liberté, 1945 à 1952.— Presse locale.— Notice DBMOF par Henri Manceau.— État civil de Sedan.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément