PASCAL Pierre, Félicien, Baptiste

Par Jean-Sébastien Chorin

Né le 19 juillet 1922 à Saint-Jean-de-Nay (Haute-Loire), fusillé le 6 janvier 1944 à la Doua, commune de Villeurbanne (Rhône) ; chauffeur ; résistant en Loire et Haute-Loire, membre des FTPF et des Mouvements unis de Résistance (MUR).

Portrait de Pierre Pascal

Il naquit au lieu-dit de Rapine. Il était le fils de Jean-Baptiste Irénée Pascal et Virginie Riou, cultivateurs. Il fut chauffeur et demeura au 40 rue Louis Guimet au lieu-dit de Côte Chaude à Saint-Genest-Lerpt (Loire). Il s’était engagé dans la marine et portait souvent des vêtements de marin qui lui ont valu le surnom de Dédé, le matelot et plus tard Dédé Lacroix.

A partir du 1er janvier 1943, il fit partie du maquis des Francs-tireurs et partisans français (FTPF) de Saint-Maurice-en-Gourgois (Loire). Il participa avec ce groupe à de nombreuses actions contre les forces allemandes.
Selon Roger Maurin et Lucien Bastet, fin août 1943, Dédé Lacroix rejoignit le maquis de La Bataille au pic du Lizieux en compagnie de Laurent Fabregat.

Il fut également membre d’un groupe de maquisards dépendant des Mouvements unis de la Résistance (MUR) et situé à la Chèze, commune de Mazet-Saint-Voy (Haute-Loire) puis à la Bataille, commune d’Araules (Haute-Loire). D’après, Jean Bonnissol, responsable MUR secteur Yssingeaux (Haute-Loire), il fut « volontaire pour les coups de mains, incorporé au mois d’août 1943 dans le corps franc du secteur, il s’y [signala] par son esprit d’initiative et son mépris du danger. Il [rendit] à diverses occasions les plus signalés services à la Résistance ». Son père, Jean-Baptiste Pascal, et son frère, Roger Pascal, étaient également résistants dans les FTPF.
Victimes d’une dénonciation, Pierre Pascal, son père et ses deux frères, Roger et Marcel, furent arrêtés le 25 novembre 1943 par la Gestapo à Saint-Etienne (Loire). L’arrestation eut lieu lors du repas de noce de Marcel Pascal chez ses beaux-parents, rue du Puy (aujourd’hui rue Pierre Semard) ou au 2 bis rue Basson (à proximité de la rue du Puy). Ses parents habitaient le quartier de Côté Chaude à Saint-Etienne et Dédé Lacrois avait pris le risque de quitter le maquis pour assister au mariage de son fils bien qu’il se sache recherché. Roger Maurin et Lucien Bastet qu’il fut dénoncé à la police allemande par un voisin collaborateur, le nommé Jean G…..
Certaines sources précisent que les Pascal auraient été appréhendés pour différents motifs : suite à une distribution de tracts anti-allemands, pour détention d’armes ou parce que Pierre Pascal était recherché comme réfractaire au Service du travail obligatoire.

Il semble que les Pascal furent internés à la caserne Grouchy à Saint-Étienne. Ils furent ensuite transférés à la prison de Montluc (Lyon, Rhône), Pierre Pascal en décembre 1943 et son père et ses frères en novembre ou décembre 1943.

Condamné à mort, le 31 décembre 1943, par le tribunal militaire allemand de la zone sud, comme franc-tireur et pour avoir favorisé l’ennemi, Pierre Pascal fut exécuté le 6 janvier 1944 sur le stand de tir du terrain militaire de la Doua (Villeurbanne, Rhône). Le 11 janvier 1944, ses frères furent déportés au camp de Dora (Allemagne). Le 12 juin 1944, son père fut exécuté sommairement à Neuville-sur-Saône (Rhône). Seul son frère Marcel Pascal survécut.

Le corps de Pierre Pascal fut retrouvé après-guerre dans le charnier de la Doua et identifié par son frère le 20 septembre 1945.

La mention Mort pour la France fut transcrite sur son acte de décès en 1946. Il fut homologué soldat de 1ère classe FFI en 1947. Le titre d’interné résistant lui fut attribué en 1955.

Il écrivit une dernière lettre le jour de son exécution.

Son nom figure sur le monument aux Morts de Côte Chaude à Saint-Étienne, sur le Mur des Fusillés à Villeurbanne, sur le monument aux Morts 1939-1945 à Villeurbanne, sur le monument aux Morts à Saint-Genest-Lerpt.

Le dénonciateur de Côte Chaude a été abattu par la Résistance devant son domicile, 32 rue du Champrond, le 1er juillet 1944 à 23 h 30.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article157635, notice PASCAL Pierre, Félicien, Baptiste par Jean-Sébastien Chorin, version mise en ligne le 21 mars 2014, dernière modification le 13 février 2021.

Par Jean-Sébastien Chorin

Portrait de Pierre Pascal

SOURCES  : Arch. Dép. Rhône, 3335W25, 3335W15, 3335W22, 3335W6, 3808W688, 3460W3.— DAVCC, Caen, dossiers de Pierre Félicien Baptiste Pascal et de Jean-Baptiste Irénée Pascal.— Lucien Bastet, Roger Maurin, "Mystère du bois noir de Mandaix », Bulletin de la Société académique du Puy, 2007. — Site Internet de la Fondation de la Mémoire de la Déportation. — Mémorialgenweb. — Notes d’Eric Panthou.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément