ARAKÉLIAN Aro

Par Astri Atamian

Né en 1901 ; communiste arménien chez Renault et à Alfortville (Seine, Val-de-Marne).

Après des études primaires, Aro Arakélian devint manœuvre à l’âge de douze ans. Il adhéra au Parti communiste en 1926 dans la cellule de l’usine Renault. Il fut arrêté suite à une dénonciation qui toucha plusieurs Arméniens de cette cellule. Il milita ensuite dans la cellule 1314 d’Alfortville (Seine, Val-de-Marne) qui regroupait aussi d’autres membres de la sous-section arménienne. Il fut contraint d’interrompre son activité militante en 1930. Il fut membre au HOK (Comité d’aide à l’Arménie), au SRI, à la CGTU, puis - au chômage à partir de 1932 - à un comité de chômeurs.

Arakélian fut président de la section du HOK d’Alfortville et s’opposa à la politique trop ouvertement communiste de la structure. Il fit l’objet d’une enquête à ce sujet et reçut un avertissement du comité central du PCF le 20 mars 1935.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article157791, notice ARAKÉLIAN Aro par Astri Atamian , version mise en ligne le 25 octobre 2014, dernière modification le 11 octobre 2021.

Par Astri Atamian

SOURCES : RGASPI, Moscou, 495 270 8255. — Astrig Atanian, La mouvance communiste arménienne en France. Entre adhésion au PCF et contemplation de l’Ararat : les « rouges » de la communauté arménienne de France, des années 1920 aux années 1990, thèse, INALCO, 2014.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément