GUITLEVITCH Simon, écrit parfois GUITLEVITSCH

Par Daniel Grason

Né le 14 mars 1912 à Paris (XIVe arr.), fusillé comme otage le 3 février 1942 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; commerçant ; résistant gaulliste.

Fils de Berka (Boris), tailleur, et de Mariem (Marie), née Moskiewiez, couturière, Simon Guitlevitch fut légitimé par le mariage de ses parents le 14 octobre 1920 en mairie de Villemomble (Seine, Seine-Saint-Denis). Très bon élève, à l’issue de sa scolarité à l’école primaire il devint lycéen au lycée Rollin (Jacques-Decour) dans le IXe arrondissement de Paris.
Pendant la guerre, il fit partie d’un groupe de résistants gaullistes. Arrêté en 1941, il comparut le 29 novembre devant le tribunal du Gross Paris qui siégeait rue Boissy-d’Anglas (VIIIe arr.). Condamné à la prison à perpétuité pour « intelligence avec l’ennemi », il fut incarcéré à la prison de la Santé.
Désigné comme otage en représailles à des attentats réalisés par des résistants, Simon Guitlevitch fut passé par les armes à 15 h 56 le 3 février 1942, en compagnie de cinq autres otages, au Mont-Valérien. Son inhumation eut lieu au cimetière de Suresnes. Après la guerre son corps fut réinhumé au cimetière nouveau de Villemomble. Son nom figure sur le monument aux morts, ainsi que sur la plaque commémorative du lycée Jacques-Decour. Le conseil municipal de la ville donna le nom de Simon Guitlevitch à la Grande-Rue où il habitait.
Simon Guitlevitch a été homologué Interné résistant.

L’abbé Stock évoque son nom dans son Journal de Guerre :
« 11 heures à Fresnes. 4 otages doivent être fusillés. Plus 2 de Fresnes. Dont 2 juifs.
1. Guitlevitch, 47, rue du Faubourg-Montmartre
2. Khabynski, Albert, 87, rue Ordener, Paris, XVIIIe (sa soeur y vit)
3. Fallet, Pierre, 16 rue d’Ussy, La Ferté-sous-Jouarre (S. et M.), trois enfants
4. Trudin, Georges, 1, quai du Port à l’Anglais (Ivry-Port).
Les deux derniers catholiques. Belle mort, courageux jusqu’au dernier. Parti en camion avec les 4, n’ont eu aucun instant d’accablement. N°2 Juif, mais avait chanté les chants de Noël pour la messe de Noël comme soldat, avait une belle voix. Enterrés tous les 6 à Puteaux. »

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article157909, notice GUITLEVITCH Simon, écrit parfois GUITLEVITSCH par Daniel Grason, version mise en ligne le 6 avril 2014, dernière modification le 19 novembre 2020.

Par Daniel Grason

SOURCES : DAVCC, Caen, B VIII dossier 3 (Notes Thomas Pouty). – Bureau Résistance GR 16 P 280905. – Serge Klarsfeld, Le livre des otages, op. cit. – Site Internet Mémoire des Hommes. – Mémorial GenWeb. – État civil, Paris (XIVe arr.). — Franz Stock, Journal de guerre. Écrits inédits de l’aumônier du Mont Valérien, Cerf, 2017, p. 59. — Service historique de la Défense, Vincennes GR 16 P 280905 (nc).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément