MABILAIS Aimé, Marie, Joseph

Par Christian Lescureux

Né le 15 octobre 1901, à Fay-de-Bretagne (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique), suicidé suite aux tortures, le 19 février 1944 à Arras (Pas-de-Calais) ; employé ; résistant au sein de l’Organisation civile et militaire (OCM).

Fils de Mathurin Mabilais et de Marie Fourage, cultivateurs, Aimé Mabilais, secrétaire de Mairie à Haute-Avesnes (Pas-de-Calais), était domicilié à Étrun.
De retour de captivité, il réalisa de faux papiers pour les résistants. Il transportait des armes et possédait un poste émetteur. Arrêté avec sa femme dans la nuit du 15 au 16 février 1944, il fut mis au secret dans un cachot à la maison d’arrêt Saint-Nicaise d’Arras.
Aimé Mabilais se donna la mort le 20 février 1944. Son corps, déposé à la morgue de l’hôpital d’Arras, portait les marques de la torture.
Déclaré décédé le 19 février 1944 par les autorités allemandes, il fut enterré dans les fossés de la citadelle d’Arras.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article157976, notice MABILAIS Aimé, Marie, Joseph par Christian Lescureux, version mise en ligne le 25 avril 2014, dernière modification le 21 octobre 2020.

Par Christian Lescureux

SOURCES : Arch. Dép. Pas-de-Calais, 51 J/6. – J.-M. Fossier, Zone interdite, op. cit., p. 256. – J.-C. Fichaux et A. Gilleta, Ceux de Saint-Nicaise ou l’histoire de la maison d’arrêt d’Arras pendant l’occupation, racontée par les témoins, ouvrage déposé aux archives locales d’Arras sous la cote C 6819. – Mémorial des fusillés d’Arras. – État civil. — Photo communiquée par René Lesage, 2020.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément