LEGRAND Marcel [Dictionnaire Algérie]

Par René Gallissot

Intendant au collège moderne de Sidi-Bel-Abbès, élu communiste de la municipalité Justrabo ; quitte le PCA en 1952.

En 1945, membre du PCA, Marcel Legrand est élu communiste au conseil municipal de la ville. En 1947, il devient adjoint aux Beaux arts dans la municipalité dirigée par le maire communiste René Justrabo. Il quitte le PCA en 1952, selon la famille "suite au sectrisme de celui " devant la montée du nationalisme algérien. Il se présenta aux élections en 1954 comme "progressiste indépendant" contre le communiste René Justrabo.
En 1961, l’OAS attaqua à la grenade défensive son appartement à l’École normale d’Oran. Exfiltré d’Algérie par avion militaire, il y revint à la demande du gouvernement algérien après l’indépendance et occupa des fonctions importantes au Ministère de l’éducation nationale jusqu’en 1972.
Son fils affirme qu’il n’avait rien renié de ses valeurs communistes.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article158107, notice LEGRAND Marcel [Dictionnaire Algérie] par René Gallissot, version mise en ligne le 13 avril 2014, dernière modification le 29 juin 2021.

Par René Gallissot

SOURCES : Écho d’Oran, décembre 1947. — J. Delorme, Mémoire d’histoire sur les communistes de Sidi-Bel-Abbès, op. cit.. — Notes de Jacques Legrand, né le 16novembre 1940 à Alger, fils de Marcel Legrand.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément