RATAFEZYK Joseph

Par Christian Lescureux

Né le 28 août 1924 à Bruay-en-Artois (Pas-de-Calais), fusillé le 20 octobre 1942 à Arras (Pas-de-Calais) ; ouvrier mineur ; militant communiste ; résistant au sein des FTPF et du Front national.

Fils de Wadislas Ratafezyk, houilleur polonais, et de Pélagie Bédalska, ménagère (allemande), Joseph Ratafezyk était domicilié chez ses parents à Houdain (Pas-de-Calais), rue Franchet-d’Esperey.
Entré dans l’organisation clandestine communiste au début de l’année 1942, il intégra ensuite les Francs-tireurs et partisans français (FTPF). Sa maison servit de refuge à des résistants. Il serait l’auteur avec Germain Debureaux de la tentative de meurtre contre le garde des mines à Bruay-en-Artois le 6 avril 1942. Il participa également à l’attaque de fermes à Beugin (Pas-de-Calais).
Quand il fut arrêté, le 12 juillet 1942, par la Feldgendarmerie, il faisait partie d’un des groupes de Charles Debarge*, cerné par une cinquantaine d’hommes de la Geheimfeldpolizei (GFP) d’Arras et de la police de Vichy, dans une maison de Houdain. Après plusieurs heures de fusillade, faute de munitions, les résistants durent se rendre.
Il fut de la première vague de combattants polonais, dont la quasi-totalité tomba dans la lutte.
Condamné à mort le 6 octobre 1942 par le tribunal militaire d’Arras (OFK 670), Joseph Ratafezyk a été fusillé le 20 octobre 1942 dans les fossés de la citadelle d’Arras.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article158213, notice RATAFEZYK Joseph par Christian Lescureux, version mise en ligne le 25 avril 2014, dernière modification le 4 mars 2021.

Par Christian Lescureux

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – Arch. Dép. Pas-de-Calais, M 5022. – J.-M. Fossier, Zone interdite, op. cit., p. 145, 220. – Jacques Estager, Ami, entends-tu ?, Éd. Messidor-Éd. Sociales, Paris, 1986, p. 129, 244. – Mémorial des fusillés d’Arras. – État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément