BARTOLI Joseph

Par Jacques Girault

Né le 5 janvier 1903 à Levie (Corse), mort le 6 février 1959 à Ajaccio (Corse) ; instituteur ; résistant ; militant communiste ; militant syndicaliste (SNI) en Corse.

Fils d’un propriétaire, Joseph Bartoli entra à l’Ecole normale d’instituteurs d’Ajaccio en 1920. Il effectua son service militaire à partir de novembre 1923 dans l’infanterie et le termina avec le grade de sergent. Il devint instituteur à Pianottoli pendant deux années scolaires avant d’être nommé à Levie (Corse) en octobre 1925. Il enseigna au cours complémentaire d’Ajaccio à partir d’octobre 1937.

Il se maria en août 1937 à Tavera (Corse) avec une institutrice, fille d’un propriétaire. Le couple eut quatre enfants.

Mobilisé au début de septembre 1939 dans l’infanterie à Corte, réformé temporaire en décembre 1939, rappelé comme sergent-chef en juin 1940, il fut démobilisé le 18 juillet 1940, et reprit son métier à la rentrée scolaire.

Joseph Bartoli, au titre du Front national, participa à l’insurrection corse du 20 novembre 1942 au 5 octobre 1943.

Après la Libération, il reprit son métier. Membre du Syndicat national des instituteurs depuis ses débuts, secrétaire de la section départementale du SNI à partir de 1943, il le demeura jusqu’à la fin de 1955. Lors du congrès national du SNI, le 17 juillet 1953, il souhaitait l’unité syndicale. Il fut candidat au bureau national en décembre 1953, en treizième position sur la liste « Pour renforcer l’unité et l’efficacité du SNI » puis à nouveau en 1955 sur la liste « Pour renforcer l’unité et l’efficacité du SNI. Liste d’action laïque et de défense de l’Education nationale ».

Membre du Parti communiste français depuis 1940, Bartoli était membre du comité fédéral de Corse de 1953 à 1956.

Quand il mourut en 1959, il devait partir à la retraite à la fin de l’année scolaire, comme le notait Denis Forestier dans L’École libératrice du 20 février 1959.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article15823, notice BARTOLI Joseph par Jacques Girault, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 13 octobre 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Dép. Corse du Sud (Marine Chanas), registre matricule, dossiers de l’Inspection académique (1 T 1139 à 190). — Archives du Comité national du PCF. — L’Ecole libératrice.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément