ROY Joseph, Henri

Par Jean-Paul Nicolas

Né le 16 décembre 1893 à Sainte-Austreberthe (Seine-Inférieure, Seine-Maritime), fusillé le 28 mars 1942 au champ de tir du Madrillet, Grand-Quevilly (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) ; entrepreneur dans le transport ; résistant, membre du réseau l’Heure H.

Joseph Roy était domicilié à Bihorel-lès-Rouen (Seine-Inférieure, Seine-Maritime), où il exerçait la profession d’entrepreneur dans le transport. Marié, il était le père de deux enfants.
Joseph Roy adhéra au mois de juin 1941 à un groupement de Résistance dont le responsable était Alphonse Dufour, employé à la recette-perception de Sotteville-lès-Rouen. Plusieurs membres de ce groupe de Résistance habitaient Rouen et l’agglomération rouennaise. Joseph Roy devait donner à ce groupement des renseignements détaillés sur le dépôt de munitions allemand en forêt de Canteleu (forêt souvent traversée par son camion). Ce groupement diffusait également les informations de la radio anglaise (BBC) et des tracts anti-allemands. Selon les sources, Joseph Roy appartint également à un petit groupe rattaché ensuite au Front national (en décembre 1941), qui fut en charge du stockage d’armes, du recrutement, de la diffusion de la propagande et du renseignement militaire. Il fut aussi par la suite membre du réseau l’Heure H (1942).
Dénoncé pour détention d’armes, Joseph Roy fut arrêté le 2 février 1942 à Bihorel par la Feldgendarmerie. Des armes furent trouvées chez lui : un revolver, un fusil de chasse et une carabine. Condamné à mort par le tribunal militaire de Rouen (FK 517) le 23 mars 1942, il a été fusillé au stand de tir du Madrillet le 28 mars 1942. Le rapport du préfet de Seine-Inférieure du 2 avril 1942 note que Joseph Roy est « mort courageusement en criant Vive la France – Vive Dieu ! »

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article158271, notice ROY Joseph, Henri par Jean-Paul Nicolas, version mise en ligne le 20 mai 2014, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Jean-Paul Nicolas

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty et Jean-Pierre Besse). – « Hommage aux fusillés et aux massacrés de la Résistance en Seine-Maritime. 1940-1944 », Association départementale des familles de fusillés de la Résistance de Seine-Maritime. 1994.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément