BAUDEWIJN Prosper.

Par Guy Vanschoenbeek

1854 − 1932. Ouvrier textile puis employé et administrateur de la coopérative, Vooruit, militant socialiste, coopérateur, libre penseur, dirigeant syndical.

Fils d’un travailleur du coton immigré à Wetteren (pr. Flandre orientale, arr. Dendermonde - Termonde), Prosper Baudewijn devient fileur de coton et plus tard chef d’équipe. Dans les années 1886-1887, il s’engage dans le mouvement socialiste gantois : il devient membre du Vooruit (En avant), membre et secrétaire des Vereenigde katoenbewerkers (travailleurs du coton réunis), membre du Bureau de la Socialistische vrijdenkersbond (ligue socialiste des libres penseurs).

Administrateur du syndicat des travailleurs du coton, Prosper Baudewijn met surtout l’accent sur l’étude personnelle et l’enseignement professionnel comme moyen d’élévation sociale. En 1888, il fait partie d’une délégation qui envoie les travailleurs du textile gantois en Angleterre, à l’occasion du « viergetouwenconflict » (le conflit des quatre métiers), afin d’y enquêter sur la répercussion du développement technologique du textile. En 1904-1905, il est toujours dirigeant de la Fédération textile de Gand et administrateur du journal, De textielarbeider (L’ouvrier textile). En 1890 et en 1893, il est élu juge du travail à Gand (Gent, pr. Flandre orientale, arr. Gand).

Prosper Baudewijn est candidat socialiste aux élections législatives et provinciales de 1894 mais il n’est pas élu. Entretemps son engagement lui ayant coûté son emploi, il trouve du travail comme employé-contrôleur dans la coopérative, le Vooruit, dont il sera l’un des administrateurs en 1906.

Employé et administrateur de la coopérative, Prosper Baudewijn joue un rôle important dans le développement de la coopérative, Hand in hand (Main dans la main), à Alost (Aalst, pr. Flandre orientale, arr. Alost).

Dans les années 1905-1907, Prosper Baudewijn et l’avocat Pieter De Bruyne*, tous deux conseillers communaux de Gand, prennent la direction d’un groupe dissident, les Vrije socialisten (les socialistes libres). Ils ne sont pas d’accord avec la politique d’obstruction que mène la fraction radicale socialiste vis-à-vis du collège libéral minoritaire. Baudewijn souhaite soutenir les libéraux, notamment sur la politique menée dans l’enseignement officiel. Après un conflit qui traîne pendant deux ans, ils sont tous deux exclus du Belgische werklieden partij (BWP – Parti ouvrier belge). Prosper Baudewijn apparaît aux élections communales de 1907 comme socialiste indépendant mais n’est pas élu. Contrairement à Pieter De Bruyne, il abandonne la dissidence et semble être passé dans le camp libéral.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article158313, notice BAUDEWIJN Prosper. par Guy Vanschoenbeek, version mise en ligne le 19 avril 2014, dernière modification le 28 janvier 2018.

Par Guy Vanschoenbeek

SOURCE : VANSCHOENBEEK, G., Novocento in Gent. De wortels van de sociaal-democratie in Vlaanderen, AMSAB-Uitgeverij Hadewijch, Gent-Antwerpen, 1995.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément