JOLIVET Pierre, Jean, Marie

Par Biger Brewalan, René-Pierre Sudre

Né le 6 septembre 1921 à Quimper (Finistère), fusillé le 5 juin 1942 à Quimper ; employé des postes ; membre des Jeunesses communistes, puis du PCF ; résistant FTPF.

Fils de Jean Laurent Jolivet, boulanger, et de Marie Signor, ménagère, Pierre Jolivet, employé comme postier auxiliaire, adhéra en 1937 aux Jeunesses communistes, avant d’intégrer en 1939 le Parti communiste, année de sa mise au ban de la politique française par le gouvernement Daladier. Il continua la lutte en participant d’abord à la restructuration dans l’illégalité du parti puis entra à l’Organisation spéciale du PCF avant de s’engager dans les Francs-tireurs et partisans (FTP) dès leur création dans le département du Finistère. Son engagement se traduisit par de nombreuses opérations de sabotages, d’attentats ou de propagande. C’est cette dernière activité qui entraîna sa chute, car il fut arrêté le 8 mai 1942 à Quimper par des policiers français pour avoir distribué des tracts appelant à manifester le 1er mai 1942.
Interné à la prison de Quimper, il fut ensuite livré aux Allemands. Ceux-ci l’envoyèrent devant le tribunal FK 252 de Quimper qui le condamna à mort, autant pour les attentats que pour les distributions de tracts. Il a été fusillé le 5 juin 1942 (ou le 6 juin selon le DAVCC) au stand de tir de La Tourelle à Quimper. Son corps repose au cimetière Saint-Marc à Quimper dans une sépulture commune avec son camarade de combat Émile Le Page. Le 14 juillet 1942, un rassemblement se tint au cimetière d’Ergué-Armel près de leur tombe. Son corps ne fut rendu à sa famille que le 2 octobre 1944 pour des obsèques officielles auxquels participa une foule impressionnante.
(Voir aussi : Émile Le Page.)

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article158334, notice JOLIVET Pierre, Jean, Marie par Biger Brewalan, René-Pierre Sudre, version mise en ligne le 6 mai 2014, dernière modification le 27 janvier 2021.

Par Biger Brewalan, René-Pierre Sudre

SOURCES : AVCC, Caen, B VIII 4 (Notes Thomas Pouty). – Arch. Dép. Finistère, 200 W 84 (exécutions). – Georges-Michel Thomas et Alain Le Grand, Le Finistère dans la Guerre (1939-1945), t. 1 : L’Occupation. – Biger Brewalan, René-Pierre Sudre, Les fusillés du Finistère 1940-1944, master 1, Université de Bretagne occidentale, 2009-2010. – État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément