LE CREN Robert

Par Biger Brewalan, René-Pierre Sudre

Né le 7 janvier 1925 à Paris (XIII e arr.), fusillé le 15 mai 1944 à la pointe de Mousterlin, Fouesnant (Finistère) ; membre du maquis de Beuzit-Keralliou.

Robert Le Cren, boulanger, rejoignit le mouvement de résistance « Vengeance ». Le 26 avril 1944, la Feldgendarmerie, guidée par un indicateur, localisa le campement de Beuzit-Keralliou, commune de Châteaulin, où se trouvait Robert Le Cren et onze autres résistants. Il fut capturé avec plusieurs de ses compagnons. Pour ses activités de résistant, il fut condamné à mort par le tribunal militaire allemand FK 752 de Quimper et fusillé le 15 mai 1944, en compagnie de quatorze autres résistants (maquisards ou membres du mouvement Vengeance) à la pointe de Mousterlin.
Reconnu Mort pour la France, il a été homologué FFI et interné-résistant (DIR).

Fouesnant, pointe de Mousterlin (Finistère) : 15 mai 1944

Voir aussi : Henri Arnal, Jean Brosset De La Chaux, Maxime Dubois, Nicolas Filatow, Roger Guéguen, Jacques Guillou,Louis Gouillou, Louis Kerhoas, Robert Le Cren, Jean Le Foll, Joseph Le Velly, Charles Levenez, Gustave De Neve, Laurent Pennec, Philippe Petroschitzki.
_

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article158339, notice LE CREN Robert par Biger Brewalan, René-Pierre Sudre, version mise en ligne le 20 avril 2014, dernière modification le 31 mars 2021.

Par Biger Brewalan, René-Pierre Sudre

SOURCES : Arch. Dép. Finistère, 200 W 84 (exécutions). – SHD, Vincennes, GR 16P 351339 (nc). — Georges-Michel Thomas, Alain Le Grand, Le Finistère dans la Guerre (1939-1945), t. 1 : L’Occupation, p. 153. – Biger Brewalan, René-Pierre Sudre, Les fusillés du Finistère 1940-1944, master 1, Université de Bretagne occidentale, 2009-2010.— Note Annie Pennetier.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément