DAUMAS André, Joachim

Par Jean-Marie Guillon

Né le 25 janvier 1900 à Riez (Basses-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence), fusillé le 18 juillet 1944 à Signes (Var) ; médecin ; résistant.

Fils de négociant, André Daumas fut étudiant à Marseille (Bouches-du-Rhône), où il se maria en 1926 avec Marie Macaire. Remarié en 1931 avec Alice Bastide, père de deux enfants, le Dr Daumas était l’un des deux médecins d’Oraison. Médecin-capitaine de réserve, il était considéré comme un homme de droite. Mais il soignait les résistants. Jean Garcin signale qu’il aida les maquisards et les réfractaires du groupe de Telle. Il a été arrêté le 16 juillet 1944, à Oraison, par les Allemands et leurs auxiliaires en même temps que les membres du comité départemental de Libération des Basses-Alpes, au restaurant Gaubert. Il était venu soigner les faux résistants (éléments Brandebourg) blessés. Il aurait tenté de se saisir d’une arme.
Conduit avec les autres résistants à Marseille, remis à la Sipo-SD, emprisonné aux Baumettes, il a été fusillé avec vingt-huit résistants de la région, après un jugement sommaire sur place (cour martiale de la 244e division d’infanterie allemande), le 18 juillet, au fond d’un vallon isolé, dans les bois de Signes (Var). Les corps furent exhumés le 17 septembre 1944. Un monument funéraire a été inauguré le 18 juillet 1946 dans le lieu, connu désormais comme le « Vallon des fusillés », devenu nécropole nationale en 1996. D’autre part, un monument à Oraison rappelle les arrestations du 16 juillet. André Daumas fut décoré de la Médaille de la Résistance à titre posthume le 24 avril 1946. Une allée du quartier Saint-Jean à Oraison porte son nom depuis le 4 décembre 1971.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article158370, notice DAUMAS André, Joachim par Jean-Marie Guillon, version mise en ligne le 22 avril 2014, dernière modification le 12 octobre 2021.

Par Jean-Marie Guillon

SOURCES : Mémoire des Hommes SHD Caen DAVCC 21 P 9153 et Vincennes GR 16 P 159363 (nc). — CDIHP. – Le Mémorial de la Résistance et des combats de la Seconde Guerre mondiale dans les Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Digne, 1992. – Jean Garcin, De l’armistice à la Libération dans les Alpes-de-Haute-Provence 17 juin 1940-20 août 1944, Digne, 1983 et rééd. 1990. – Jean-Christophe Labadie dir., La répression allemande. Basses-Alpes 1943-1944, Digne-les-Bains, Archives départementales/Conseil général des Alpes-de-Haute-Provence, 2014, p. 125. ⎯ Claude Sauve, Oraison, Origine historique des noms des rues, Oraison, Office de tourisme, sd. – Renseignements fournis par Thérèse Dumont. – État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément