SURMATZ Jean

Par Jean Quellien

Né le 15 mars 1886 à Zwerschinetz (Pologne), fusillé comme otage le 30 avril 1942 à Caen (Calvados) ; chaudronnier ; militant communiste.

Jean Surmatz était domicilié à Blainville-sur-Orne (Calvados), où il exerçait la profession de chaudronnier.
Arrêté par les autorités d’occupation pour propagande anti-allemande et communiste, il fut jugé à Caen le 20 janvier 1941. Le tribunal militaire de la Feldkommandantur l’ayant condamné à deux ans de prison, il fut conduit à la maison d’arrêt du lieu pour y purger sa peine.
Le 24 avril 1942, le Militärbefehlshaber in Frankreich (MBF) le désigna, en raison de ses antécédents judiciaires, pour être fusillé comme otage en représailles à l’attentat ayant entraîné le déraillement d’un train de permissionnaires allemands à Airan le 16 avril 1942.
Il fut exécuté à la caserne du 43e Régiment d’artillerie de Caen le 30 avril 1942.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article158423, notice SURMATZ Jean par Jean Quellien, version mise en ligne le 23 avril 2014, dernière modification le 5 janvier 2021.

Par Jean Quellien

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – J. Quellien (sous la dir.), Livre mémorial des victimes du nazisme dans le Calvados, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément