PINON Pierre

Par Jacques Girault

Né le 21 avril 1901 à Cour-Cheverny (Loir-et-Cher), mort le 28 avril 1973 à Gannat (Allier) ; proviseur ; militant syndicaliste.

Fils d’instituteurs, Pierre Pinon effectua sa scolarité secondaire au lycée de Vendôme (Loir-et-Cher). Après le baccalauréat en 1919 et une année d’études en première supérieure au lycée Lakanal à Sceaux, il acheva sa licence ès-lettres (mention histoire-géographie) à la Sorbonne en 1921. Tout en passant un diplôme d’études supérieures, il obtint un certificat d’études supérieures de géographie physique à la Faculté des sciences en 1922. Boursier d’agrégation à la Faculté des lettres de Lyon de 1923 – 1925, il fut sous-admissible à l’agrégation d’histoire en 1924 et en 1925. Pendant ces études, maître d’internat à l’école primaire supérieure Jean-Baptiste Say à Paris en 1922 et 1923, il obtint quelques heures d’enseignement de géographie dans cette EPS en 1922 avant de faire son service militaire en 1925-1926 pendant lequel il devint officier de réserve.

Pinon se maria en décembre 1926 à Saumur (Maine-et-Loire). Le couple eut quatre enfants.

En 1926, Pinon fut nommé professeur délégué d’histoire-géographie au lycée de Châteauroux (Indre), puis en 1927 au lycée Descartes à Tours (Indre-et-Loire). Il continua à préparer l’agrégation et à s’occuper de tourisme scolaire. Reçu à l’agrégation en 1929, il fut nommé au lycée de Saint-Brieuc (Côtes-du-Nord) où il enseignait depuis 1928 avant d’être nommé professeur au lycée de Nantes (Loire-Atlantique).

Mais Pinon fit le choix d’un emploi dans l’équipe de direction. Il commença par le censorat aux lycées de Brest (Finistère) en 1931, d’Alençon (Orne) en 1932, et entreprit des recherches pour une thèse de géographie sur les reliefs de Normandie. Or en 1933, son poste à Alençon fut supprimé. Il dut alors accepter sa mutation pour le lycée de Lyon-Saint-Rambert en 1934.

Pinon demanda un poste de proviseur et le lycée de Beauvais (Oise) à partir de 1936 lui offrit un cadre où son activité répondit au cours nouveau du Front populaire. L’inspecteur en 1938 indiquait qu’il était un « homme d’initiative » et il ajoutait « son intelligente organisation des loisirs est un succès ».

Mobilisé dans l’infanterie comme commandant d’une compagnie de pionniers d’août 1939 à août 1940, Pinon fut volontaire pour devenir en 1943 proviseur du lycée Henri Poincaré à Nancy (Meurthe-et-Moselle) qui fut occupé par les Allemands. Aussi, fut-il transféré au lycée de filles Jeanne d’Arc.

Après la guerre, Pinon obtint la direction du lycée Marcellin Berthelot à Saint-Maur puis en 1948, il devint proviseur du lycée Charlemagne à Paris où il assura la poursuite de la décentralisation avec la création de l’annexe du Raincy en banlieue Nord. Il tint notamment à lui permettre, dès 1948, d’avoir des classes scientifiques pour assurer un enseignement complet sur place. Il prit sa retraite en 1967.

Depuis la guerre, Pinon assura le fonctionnement des syndicats des personnels de direction dans le cadre de la Fédération de l’Éducation nationale. A partir de 1949, il s’occupait notamment dans le bulletin syndical de l’annuaire des effectifs des chefs d’établissement. Tout au long de la période, Pinon publia des articles dans diverses revues de géographie.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article158434, notice PINON Pierre par Jacques Girault, version mise en ligne le 24 avril 2014, dernière modification le 24 avril 2014.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Nat., F17/29007. — Presse syndicale.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément