WEILL Jeanne dit Dick May

Intellectuelle dreyfusarde.

Alsacienne francophone, fille de rabbin, Jeanne Weill était la sœur de l’historien du parti républicain française de du saint-simonisme, Georges Weil (1865-1944). Elle soutint la création du Musée social et participa au développement des Universités populaires. Elle fut à l’initiative du Collège libre des Sciences sociales, de l’École des Hautes Études Sociales (EHES) et de la première école de journalisme.

Voir WEILL Jeanne dite Dick May.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article158475, notice WEILL Jeanne dit Dick May, version mise en ligne le 27 avril 2014, dernière modification le 23 novembre 2022.

SOURCES  : Christophe Prochasson (« Sur l’environnement intellectuel de Georges Sorel : l’École des hautes études sociales (1899-1911) », Cahiers Georges Sorel, n°3, 1985, p. 16-38 ; « Dick May et le social », in Colette Chambelland dir., Le Musée social en son temps, Paris, Presses de l’École Normale Supérieure, 1998, 402 p., p. 43-58), Vincent Goulet (« Dick May et la première école de journalisme en France. Entre réforme sociale et professionnalisation », Questions de communication n°16, 2009, p. 26-44 ; « ″Transformer la société par l’enseignement social″. La trajectoire de Dick May entre littérature, sociologie et journalisme », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, n° 19, 2008/2, p. 117-142) et Patrick Dombrowsky (« Dick May », Dictionnaire universel des créatrices, Paris, éd. des femmes, 2013, p. 2838-2839).
Notes de Sarah Al-Matary

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément