WEILL Jeanne dit Dick May

Intellectuelle dreyfusarde.

Alsacienne francophone, fille de rabbin, Jeanne Weill était la sœur de l’historien du parti républicain française de du saint-simonisme, Georges Weil (1865-1944). Elle soutint la création du Musée social et participa au développement des Universités populaires. Elle fut à l’initiative du Collège libre des Sciences sociales, de l’École des Hautes Études Sociales (EHES) et de la première école de journalisme.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article158475, notice WEILL Jeanne dit Dick May, version mise en ligne le 27 avril 2014, dernière modification le 16 février 2018.

SOURCES  : Christophe Prochasson (« Sur l’environnement intellectuel de Georges Sorel : l’École des hautes études sociales (1899-1911) », Cahiers Georges Sorel, n°3, 1985, p. 16-38 ; « Dick May et le social », in Colette Chambelland dir., Le Musée social en son temps, Paris, Presses de l’École Normale Supérieure, 1998, 402 p., p. 43-58), Vincent Goulet (« Dick May et la première école de journalisme en France. Entre réforme sociale et professionnalisation », Questions de communication n°16, 2009, p. 26-44 ; « ″Transformer la société par l’enseignement social″. La trajectoire de Dick May entre littérature, sociologie et journalisme », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, n° 19, 2008/2, p. 117-142) et Patrick Dombrowsky (« Dick May », Dictionnaire universel des créatrices, Paris, éd. des femmes, 2013, p. 2838-2839).
Notes de Sarah Al-Matary

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément