CINOTTI Raymond

Par Gilles Morin, Michèle Rault

Né le 31 mai 1910 à Ivry-sur-Seine (Seine), mort le 5 janvier 1998 à Biot (Alpes-Maritimes) ; employé de mairie ; militant communiste ; déporté en Allemagne.

Fils d’un mécanicien et d’une cartonnière, ainé d’une fratrie de trois, Raymond Cinotti habitait le quartier d’Ivry-Port où il exerçait en 1931, la profession de manœuvre dans une entreprise de conditionnement alimentaire, et en 1933, celle de contrôleur. En 1935, il commença une carrière administrative à la ville d’Ivry-sur-Seine en tant que bibliothécaire. Militant communiste, il était en 1939 trésorier général des Jeunesses communistes. Il aurait affirmé avoir été responsable de cellule.

Rappelé sous les drapeaux le 3 septembre 1939, Raymond Cinotti fut affecté au front de mer au bastion 29-31 qui participa à la bataille de Dunkerque en 1940. Début juin, il fut évacué vers l’Angleterre. Rapatrié, il devint prisonnier des Allemands. Libéré le 30 octobre 1941, il reprit son travail au Bureau de bienfaisance d’Ivry-sur-Seine.

Suspect d’activités clandestines, il fut interné administrativement, en application du décret du 18 novembre 1939 par les autorités françaises le 24 septembre 1942 et interné au camp de Pithiviers (Loiret) jusqu’au 7 novembre suivant, par arrêté du préfet du Loiret.

Il aurait été arrêté de nouveau le 2 juin 1944 à Clamart (Seine), cette fois par les autorités allemandes, et détenu au camp Compiègne (Oise), puis déporté le 15 juillet suivant à destination du camp de Neuengamme en Allemagne. « Personnalité otage », il aurait été interné successivement à Flossenbourg et à la forteresse de Térésin ; il aurait été interné au camp central de Neuengamme avant d’être évacué vers Theresienstadt le 12 avril 1945, puis vers le camp de Brezani le 30 avril (selon le Livre-mémorial des déportés de France). Il fut rapatrié en mai 1945.

À son retour des camps, il retrouva son emploi à la mairie d’Ivry. En novembre 1970, il prit sa retraite et s’installa sur la Côte d’Azur.

Raymond Cinotti s’était marié le 3 janvier 1933 à Ivry-sur-Seine avec Madeleine Bertrand, fille de Louis Bertrand, adjoint au maire communiste depuis 1925. En 1939, celle-ci était militante de l’Union des jeunes filles de France. Elle fut employée communale au centre médico-social de 1961 à 1967.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article158477, notice CINOTTI Raymond par Gilles Morin, Michèle Rault, version mise en ligne le 27 avril 2014, dernière modification le 27 avril 2014.

Par Gilles Morin, Michèle Rault

SOURCES : Arch. PPo, 1W200/56033. – Arch. mun. Ivry-sur-Seine. – Livre-mémorial des déportés de France, tome 2, 2004.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément