PELAUD William

Par Alain Dalançon

Né le 1er mai 1888 à Secondigny (Deux-Sèvres), mort le 31 décembre 1977 à Arès (Gironde) ; instituteur ; militant du Syndicat des membres de l’enseignement laïc CGTU puis du SNI ; militant communiste.

Pelaud et sa classe en 1932
Pelaud et sa classe en 1932

Fils de Guillaume, William, Josias Pelaud, instituteur, et de Marie, Adelina Giroire, institutrice, William Pelaud fut élève-maître à l’École normale d’instituteurs de Parthenay où il entra en 1903. Il épousa le 10 octobre 1909 à Coulonges-Thouarsais, Alice, Rachelle Métais, fille de cultivateurs, avec laquelle il eut un fils et deux filles, dont deux au moins devinrent instituteurs. Sa fille Luce, institutrice, épousa en juin 1938 à Saint-Jacques-de-Thouars, l’instituteur communiste Robert Enard.

Exempté du service militaire en 1910 pour « faiblesse générale », il fut mobilisé en août 1914 au 6e Régiment de chasseurs à Niort mais il fut reconnu inapte par trois commissions de réforme au cours de la guerre.

Nommé instituteur à Bagneux dans le nord des Deux-Sèvres, il fit presque toute sa carrière à Saint-Jacques-de-Thouars, de 1922 à 1942, date à laquelle il fut déplacé d’office à Adilly, près de Parthenay. Il était en effet fiché par les Renseignements généraux parmi les 304 communistes du département.

Il avait adhéré au Parti communiste dès le début des années 1920, militait au Syndicat des membres de l’enseignement laïc CGTU et participa à de nombreuses initiatives de la Ligue des droits de l’Homme. Il écrivit notamment ‎Les chemises noires, drame en un acte, dénonçant le fascisme, publié par les éditions de l’École émancipée, joué pour la première fois à la Maison du Peuple de Thouars, le 28 Juillet 1928. ‎Cette activité lui valut d’être révoqué en 1929 de ses fonctions de secrétaire de mairie par le maire de Saint-Jacques-de-Thouars.

Après 1935, William Pelaud était adhérent du Syndicat national des instituteurs et figurait parmi les pionniers du Mouvement Freinet dans le département ; il participa en 1937 à des journées pédagogiques organisées par le groupe de l’Éducation nouvelle et l’ancienne directrice de l’École normale de La Rochelle, Émilie Flayol*. Il écrivait assez régulièrement des articles dans L’Educateur, notamment en 1939-1940, sur l’imprimerie à l’école et la discipline consentie.

Il s’intéressait aussi beaucoup à la vie des cultivateurs, organisant des démonstrations agricoles dans le pays thouarsais et cultivant lui-même un grand jardin où il conduisait ses élèves.

À la Libération, William Pelaud, membre du Parti communiste français, devenu retraité, retrouva sa fonction de secrétaire de mairie à Saint-Jacques-de-Thouars jusque vers la fin des années 1960. Pendant quarante ans, il fut une personnalité de la vie sociale et politique de son village dont une rue porte son nom.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article158513, notice PELAUD William par Alain Dalançon, version mise en ligne le 28 avril 2014, dernière modification le 4 novembre 2021.

Par Alain Dalançon

Pelaud et sa classe en 1932
Pelaud et sa classe en 1932

ŒUVRE : ‎Les chemises noires, drame en un acte, Saumur, éditions de L’École Emancipée, 1928, in 16, 32p..

SOURCES : Arch. Dép. Deux-Sèvres, 4 M 11-3 A ; registre matricules. — Arch. de l’inspection académique des Deux-Sèvres. — L’Educateur, 15 décembre 1939, 15 février 1940 (renseignements fournis par Josette Ueberschlag). — Témoignages de Claude Fougère et de l’auteur.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément