KAWER Max

Par Daniel Grason

Né le 1er mai 1905 à Wolomin en Mazowie (Pologne), fusillé comme otage le 21 février 1942 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; mécanicien ; communiste.

Max Kawer vivait 3 villa du Parc dans le XIXe arrondissement de Paris. Il exerçait le métier de mécanicien, et était connu de la police comme communiste. Arrêté, il fut interné au camp de Drancy réservé aux Juifs.
Dans la nuit du 5 au 6 février 1942, une sentinelle allemande fut très grièvement blessée à Tours (Indre-et-Loire), et mourut le 9 avril 1942. En représailles, les Allemands décidèrent de fusiller ou déporter cinquante otages (quarante militants communistes et dix Juifs).
Max Kawer fut passé par les armes le 21 février 1942 à 11 h 20 au Mont-Valérien, et inhumé dans le carré des corps restitués aux familles au cimetière d’Ivry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article158553, notice KAWER Max par Daniel Grason, version mise en ligne le 1er mai 2014, dernière modification le 15 novembre 2020.

Par Daniel Grason

SOURCES : DAVCC, Caen, B VIII dossier 3 (Notes Thomas Pouty). – Serge Klarsfeld, Le livre des otages, op. cit. – Site Internet Mémoire des Hommes. – Site Internet CDJC.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément