BASTIANAGGI Ange, Mathieu

Par Gilles Morin

Né le 21 octobre 1906 à Ajaccio (Corse) ; éditeur publicitaire ; militant socialiste SFIO de la Seine ; résistant ; membre fondateur du CAS-Nord ; adjoint au maire du Xe arrondissement de Paris.

Bachelier, comptable, formé à l’école Pigier, Ange Bastianaggi dont le père, Jean, fut tué à la guerre de 1914-1918, était imprimeur. Avant 1939, il travaillait pour la maison Schuster à Paris (Xe arr.), spécialisée dans l’impression d’affiches.

Généralement appelé Bastia dans les publications socialistes, il était secrétaire de la 10e section de la SFIO de la Seine en 1935-1939. Il fut délégué au congrès de Royan en juin 1938 et élu par celui-ci membre de la commission de contrôle du Parti, sur la motion Zyromski. Il était donc probablement militant de la tendance dite de la Bataille socialiste.

Les propriétaires de l’imprimerie Schuster, Maurice et Bernard, menacée par la vente forcée de leur entreprise, organisèrent un vente fictive le 16 octobre 1940 au profit d’Ange Bastianaggi qui était gérant de la maison Schuster, rebaptisée imprimerie Saint-Louis, depuis 1939.

Bastianaggi, à l’automne 1940, fut contacté par Robert Verdier* pour imprimer les premiers documents du Comité d’action socialiste (CAS-Nord) dont il fut l’un des fondateurs. Il appartint par ailleurs à la commission exécutive de la fédération socialiste clandestine.

À la Libération, les frères Schuster reprirent possession de leur entreprise. De son côté, Bastianaggi conserva ses fonctions au comité exécutif fédéral de la Seine et retrouva celle de secrétaire de la 10e section, en décembre 1944-avril 1945 au moins. Surtout, il reprit place dans la commission nationale de contrôle de la SFIO, où il siégea en 1945-1952.

Adjoint au maire du Xe arrondissement en 1945-1947, il fut enfin candidat à la deuxième Assemblée constituante en juin 1946 dans le deuxième secteur de la Seine. Durant ces années, il tenait une agence immobilière boulevard Haussmann. Il quitta alors Paris, pour s’installer à Nice.

Marié en avril 1930, Bastianaggi divorça en 1942. Il épousa en seconde noce Paulette Collot le 27 janvier 1943 à Paris (Xe arr.). Il était père de cinq enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article15864, notice BASTIANAGGI Ange, Mathieu par Gilles Morin, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 15 janvier 2020.

Par Gilles Morin

SOURCES : Arch. Nat., 72AJ/70, témoignage de Robert Verdier, 8 avril 1946 et 38AJ 2395 (37679) — Archives l’OURS, correspondance Lot-et-Garonne. — PPo 77 W 4416-495152 et 77 W 11-86235. - Rapports des congrès de la SFIO, 1944-1952. — Bulletin hebdomadaire fédéral de la Seine, 5 novembre 1944. — Cahiers et Revue de l’OURS, n° 204, 1992. — Témoignage de M. Jean-Marc Bastianaggi.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément